• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Steve's Music Store: le renouveau d'une institution 

Steve's Music Store: le renouveau d'une institution

Sheldon Sazant, gérant de Steve's Music, est un... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Sheldon Sazant, gérant de Steve's Music, est un homme très occupé ces derniers temps. Il orchestre le déménagement du mythique magasin de la rue Saint-Antoine, dont la nouvelle adresse est située sur la rue Sainte-Catherine.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le long séjour du Steve's Music Store dans la rue Saint-Antoine tire à sa fin. Après plus de 50 ans, on a décroché les guitares des murs craquelés pour les suspendre dans les locaux tout neufs du 150, rue Sainte-Catherine Est. En plein déménagement, La Presse s'est frayé un chemin entre les boîtes pour un dernier tour de piste alors que l'institution telle qu'on la connaît se vidait sous nos yeux.

Trouver un moment pour discuter quelques minutes avec Sheldon Sazant, gérant du mythique Steve's Music, est une tâche qui demande beaucoup de coordination et d'organisation. «Je n'ai vraiment pas de temps, annonce-t-il d'emblée au téléphone. Mais on va s'arranger pour en faire!» L'homme en a plein les bras avec cette relocalisation.

Quelques jours plus tard, Sheldon Sazant et Michael Kirman, fils du fondateur Steve Kirman, nous ouvrent les portes du magasin, alors que les dernières guitares sont alignées dans de grandes boîtes de bois, prêtes à être emportées quelques rues plus loin.

Il a fallu transporter des centaines d'instruments d'un endroit à l'autre. Cela fait maintenant plusieurs semaines que les employés font des aller-retour entre «the old place» et «the new place», comme les appelle Sheldon. «Il y a énormément de choses, on bouge beaucoup et on doit bouger vite», dit-il.

Les deux magasins sont ouverts en même temps. Dès qu'une partie de la marchandise a été transportée dans le nouvel établissement, les propriétaires ont déverrouillé les caisses. «Si quelqu'un a besoin d'un instrument, je vais le servir, que ce soit ici ou dans le nouveau magasin», assure Sheldon. Il ne peut pas se permettre de «perdre du business», même pas pour quelques semaines. «Il y a beaucoup de clients qui ont besoin de nous autres.»

«The Old Place»

Il y a quelques mois, les propriétaires ont reçu un avis d'expropriation de la Ville. «Ou bien on fermait nos portes, ou bien on continuait, mais ailleurs», résume Sheldon, se disant «bien content» de vivre ce changement. 

«Ce sont des émotions mélangées: c'est triste de partir d'ici, mais c'est excitant en même temps de commencer un nouveau projet.»

Tout sourire, fier de son magasin et de l'histoire qu'il renferme, Sheldon nous fait parcourir «the old place». Plusieurs expansions au fil des ans ont rassemblé huit boutiques en une, jusqu'à ce que la moitié du «bloc» soit devenu le Steve's de la rue Craig, plus tard renommée Saint-Antoine.

«C'était un pawnshop avant, ici», explique Lenny Lanteigne, venu se joindre à la conversation. «Lenny s'occupe des drums, dit Sheldon. Ça fait combien de temps que tu travailles ici?» Le chiffre exact, il ne s'en souvient plus vraiment, mais «ça fait plus de 35 ans». Sheldon travaille chez Steve's depuis 40 ans, lui. «J'ai des vendeurs qui sont là depuis 15, 25, 30, 40 ans.» Ça a d'ailleurs été le premier emploi de Michael, quand il a eu l'âge de travailler. «J'ai été au comptoir, aux accessoires, dans l'entrepôt, en comptabilité, raconte-t-il. Et maintenant, je m'occupe de tout ce qui est administratif.»

Des locaux historiques

Les batteries sont à peu près tout ce qu'il reste à déplacer dans le nouveau magasin. «Les autres choses vont rester ici», explique Sheldon. Une partie du magasin leur appartient et deviendra un espace pour la marchandise en liquidation, alors que les autres locaux seront vidés pour la Ville. «Apparemment, ils veulent agrandir le Palais des congrès ici», indique Sheldon.

Les planchers sont inégaux et les murs abîmés dans «l'ancien Steve's». Mais c'est ce qui en fait un lieu unique. Quoi de plus rock'n'roll que ce mur des vedettes, orné de photographies encadrées - qui semblent prêtes à nous tomber sur la tête - témoignant du passage de diverses célébrités entre les murs du magasin? D'ailleurs, les cadres déménagent eux aussi. Quant aux lattes de planchers gondolées, Sheldon aimerait en apporter quelques-unes dans le nouveau magasin, tout comme l'enseigne géante «Steve's», dehors. «Si j'arrive à la décrocher sans la briser, on va l'amener dans le magasin pour donner une vibe vintage», s'exclame-t-il, avouant qu'ils ne veulent pas complètement tourner le dos à ce volet de leur vie.

Michael Kirman a eu l'idée de bâtir une... (Photo André Pichette, La presse) - image 2.0

Agrandir

Michael Kirman a eu l'idée de bâtir une scène au beau milieu du nouveau magasin. Sheldon Sazant et lui sont fiers du résultat.

Photo André Pichette, La presse

«L'endroit est historique, honnêtement. Et on va continuer cette histoire à la nouvelle place, je l'espère.»

De nombreuses personnalités connues ont défilé ici. Metallica, Pantera, Wesley Snipes, Santana, Half Moon Run, Black Sabbath, Bruce Willis, Stevie Wonder... Lenny énumère une dizaine de noms, puis s'interrompt et précise que ce ne sont pas les vedettes qui entrent au Steve's qui ont le plus de valeur pour lui et ses collègues. «Les musiciens les plus importants qui rentrent dans nos portes, c'est les nôtres, dit-il. Les musiciens québécois, canadiens, qui viennent nous acheter des picks pour aller jouer dans la rue dans 15 minutes... Ce sont eux, les superstars.»

«The New Place»

Le nouvel emplacement du Steve's est «idéal», selon Sheldon. De l'autre côté de la rue, il y a les Foufounes électriques. Un peu plus loin, le M Telus et le Club Soda. Puis, le Quartier des spectacles. Un magasin de musique ne pouvait être mieux entouré. «Il y a tellement de monde qui passe par là.» Sheldon raconte que lorsqu'il a commencé, Saint-Antoine était aussi animée que l'est maintenant Sainte-Catherine. «Mais ça a beaucoup changé», observe-t-il.

Un vent de modernité a soufflé sur l'institution. L'espace est bien plus ouvert, il semble plus grand, même si Sheldon et Michael assurent qu'il y a un peu moins de place. Ils y ont fait construire une mezzanine et c'est à l'étage qu'on installera la section des batteries et Lenny.

«On ne voulait pas que ce ne soit qu'une grosse boîte», explique Michael, qui a eu l'idée de bâtir une scène au beau milieu du magasin. «Ça va servir à organiser des performances, de gros groupes, mais on espère aussi des groupes québécois qui auraient besoin d'un peu de social exposure», explique Lenny. Ils voudraient aussi y donner des cours de musique, organiser des conférences. D'ailleurs, des représentants du fabricant américain de guitares Taylor y donneront un atelier dans quelques semaines.

Le Steve's prend donc un nouveau tournant, se modernise et innove. Mais ce qui le forge vraiment, ce sont tous les gens qui y travaillent. Eux semblent tous y faire carrière pendant des décennies et tous ont suivi lorsqu'ils ont eu à déménager. L'ouverture de ce nouveau magasin, «c'est beaucoup de travail, mais c'est beaucoup de fun pour tout le monde aussi», rapporte Sheldon. Un des plus grands défis sera de convaincre certains clients que ce déménagement est pour le mieux, explique-t-il, toujours le même sourire accroché aux lèvres, car «les musiciens n'aiment pas le changement».

Bientôt, toutes traces du déménagement auront disparu et le Steve's continuera à «vendre du rêve», comme le dit le gérant. Ainsi débute le nouveau chapitre de cette histoire qui a commencé en 1965. Ce sera un grand défi, mais Sheldon, Lenny et Michael sont optimistes. «So far, so good», lance Sheldon.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer