Pour ou contre: Abeille Gélinas

Chaque semaine, un invité de La Presse prend position sur des sujets... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Chaque semaine, un invité de La Presse prend position sur des sujets qui marquent son actualité. Cette semaine: Abeille Gélinas.

La DJ montréalaise Abeille Gélinas est l'ambassadrice du Printemps numérique qui se tient jusqu'au 21 juin prochain, un rendez-vous qui met à l'avant-plan la créativité numérique. Elle fera également danser les foules dans les endroits branchés de Montréal tout l'été.

http://printempsnumerique.info/

La réalité virtuelle et les jeux vidéo pour enfants: Pour

À petite dose, oui. Comme dans tout, bien équilibrée, bien consommée, c'est une expérience positive. C'est l'avenir alors je m'ouvre à ça! J'ai été élevée très simplement par des parents un peu hippies. On avait un mode de vie très organique. Mon chum et moi sommes souvent tiraillés. Il est très numérique et moi, j'apprends avec le temps à consommer des choses que j'aime. Au début, j'avais tendance à dire que je ne voulais pas que mon enfant s'y mette trop vite. Mais les jeux peuvent être éducatifs aussi, je pense.

Les puristes en musique: Contre

Je suis beaucoup trop ouverte d'esprit pour être pour. Ce que j'aime le plus en tant que DJ dans une soirée, c'est d'être capable d'aller rejoindre autant une jeune fille de 18 ans que des personnes de 60 ans. La musique est quelque chose de tellement rassembleur. Être puriste, c'est un peu être fermé sur les petits plaisirs et la découverte.

Les listes de lecture quand on est DJ: Contre

Si un DJ a été engagé et qu'il met quelque chose de préfait, je suis absolument contre! Une liste ne va jamais pouvoir remplacer le travail d'un DJ qui doit observer ce qui se trouve autour de lui et s'adapter. Mais si la liste de lecture remplace un DJ à la maison le temps d'une soirée entre amis, je suis tout à fait d'accord. J'ai souvent des proches qui me demandent de les aider et je les redirige vers cette option.

Les émissions de télé qui diffusent des vidéoclips: Pour

Mais j'en consomme vraiment très peu. C'est une expérience de plus qui permet de mettre en contexte une chanson, de nous amener ailleurs par l'image. Ça entre en quelque sorte dans l'art numérique.

Les personnes qui documentent leur vie sur Instagram: Pour

Je contrôle ce que j'ai envie de dire, de transmettre. Je trouve ça mieux que de lire des revues à potins pour connaître la vie des personnalités. Je respecte ceux qui sont contre, ils n'ont qu'à ne pas suivre les personnes qui le font sur Instagram. Aujourd'hui, les entreprises font de la publicité comme ça sur les réseaux sociaux, plus seulement à la télé ou dans les magazines. J'ai eu des critiques à ce sujet, car je faisais la promotion de certains produits, mais c'est la nouvelle manière de faire. Il faut juste bien choisir: je ne vais pas endosser quelque chose que je n'aime pas vraiment dans la vie.

La programmation d'ÎleSoniq qui est, pour le moment, exclusivement masculine: Contre

Je ne comprends pas! J'imagine qu'ils vont avec la demande, les noms les plus populaires. Mais c'est dommage que ces personnes qui connaissent bien le milieu n'aillent pas un peu plus loin, et de manière plus diversifiée. Oui, la musique électronique est un monde dominé par les hommes, mais il n'y a aucune raison qu'il n'y ait pas plus de filles. Je trouve ça déplorable que des programmeurs ne fassent pas plus d'efforts.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer