• Accueil > 
  • Arts > 
  • Musique 
  • > Le plus important camp musical du monde à Montréal 

Le plus important camp musical du monde à Montréal

La Red Bull Music Academy est une sorte... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

La Red Bull Music Academy est une sorte de camp musical d'élite qui dure deux semaines.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Red Bull Music Academy s'amène à Montréal pour sa 18e édition. Et après? Voilà un événement musical majeur pour Montréal.

Discussion avec le vibraphoniste et chanteur Roy Ayers.... (PHOTO MITCHELL VAN VOORBERGEN, TIRÉE DE FACEBOOK) - image 1.0

Agrandir

Discussion avec le vibraphoniste et chanteur Roy Ayers.

PHOTO MITCHELL VAN VOORBERGEN, TIRÉE DE FACEBOOK

La Red Bull Music Academy est une sorte de camp musical d'élite qui dure deux semaines. Les 60 participants choisis, venus de partout dans le monde (les candidatures proviennent de plus de 100 pays), ont la chance de participer à des ateliers, d'assister à des conférences et de rencontrer des gens influents et marquants de l'industrie de la musique. Des gens de tous les horizons musicaux y ont participé dans le passé: M.I.A., A-Trak, Gilberto Gil, Tony Visconti ou encore le réalisateur Mark Ronson.

Après avoir visité New York, Tokyo et Paris ces dernières années, la Red Bull Music Academy revient au Canada après avoir été accueillie à Toronto en 2007.

Le DJ et compositeur électronique Ghislain Poirier a eu la chance d'être de la cohorte de Barcelone, en 2011. Il nous avait alors dit que ce rassemblement n'avait «pas d'équivalent dans le monde». Parmi les autres anciens stagiaires de l'Académie de Montréal, on compte Lunice, Sinjin Hawke, Ango, Ekali, Exeter et HomeSick.

Montréal a déjà été l'hôte du Red Bull Music Academy Bass Camp, en collaboration avec MUTEK. Mais voilà qu'il accueillera la prestigieuse Académie.

Aujourd'hui, c'est connu, Red Bull investit beaucoup dans le sport et la musique. L'entreprise de boissons a ouvert des studios d'enregistrement partout sur la planète, que ce soit à New York, Amsterdam, Auckland ou au Cap.

Depuis 1998

Dans plusieurs pays, la société autrichienne emploie des responsables du marketing culturel (cultural marketing managers). Au Canada, c'est Brian Smiley qui remplit cette fonction. Son équipe et lui ont plaidé en faveur de Montréal et ils ont su convaincre les cofondateurs de la Red Bull Music Academy, Many Ameri et Torsten Schmidt, d'y tenir l'Académie.

La semaine dernière, les deux complices étaient à Montréal. Nous avons rencontré le deuxième au Centre Phi.

Quand Red Bull est entrée en contact avec Torsten Schmidt en 1998, ce dernier ne voulait rien savoir de quitter son job de journaliste au magazine musical allemand Groove. Il n'aimait pas l'idée d'une entreprise qui commandite la culture. Or, la philosophie de cette société était saine et de bonne foi, si bien que Schmidt a participé à l'organisation de la toute première édition de la Red Bull Music Academy à Berlin.

«Les intentions de Red Bull n'ont jamais été cachées. On sait qui paie les factures, c'est tout!»

En 1998, il rappelle qu'il n'y avait pratiquement «rien d'éducatif sur la culture musicale électronique».

À l'époque, on parlait surtout des DJ. Or, aujourd'hui, la musique électronique ou produite par ordinateur est partout. Dans la pop, le rock... «Sur le dernier album de Metallica ou le mixtape de Drake», illustre Torsten Schmidt.

Un DJ à l’œuvre lors d’un événement de... (PHOTO DESIRÉ VAN DEN BERG, TIRÉE DE FACEBOOK) - image 2.0

Agrandir

Un DJ à l’œuvre lors d’un événement de la Red Bull Music Academy à Amsterdam.

PHOTO DESIRÉ VAN DEN BERG, TIRÉE DE FACEBOOK

Les gens qui participent à la Red Bull Music Academy ont la chance de rencontrer des légendes. Pour citer un exemple d'actualité avec la mort de David Bowie, l'Académie a accueilli de grands réalisateurs de l'histoire qui ont travaillé avec lui: Ken Scott, Nile Rodgers et Tony Visconti. «On parle de grande pop contemporaine et pas nécessairement de musique électronique», rappelle Torsten Schmidt.

«On veut inciter les jeunes à être avant-gardistes. Leur faire rencontrer des gens qui l'ont été, qui le sont et qui le seront. Nous misons sur l'échange intergénérationnel et interculturel entre les gens qui viennent de partout dans le monde.»

Précieuses archives

Le site web de l'Académie regorge également de contenu très précieux pour le public. Tout d'abord, on y trouve une radio en ligne. Une multitude d'entrevues y sont également archivées, notamment avec Laurie Anderson, A$AP Rocky, Erykah Badu, Brian Eno, Questlove, James Murphy, Julia Holter ou même les Mizell Brothers. De son côté, Torsten Schmidt est en train de se familiariser avec la scène musicale montréalaise. Il nous a fièrement montré ses «combines» pour aller à l'Igloofest, le soir de notre rencontre.

La dernière édition de la Red Bull Music Academy avait lieu en novembre dernier, à Paris, au moment des attentats qui ont secoué la ville. Il a fallu annuler de nombreux événements.

Les dates pour Montréal n'ont pas encore été annoncées, mais l'Académie devrait avoir lieu autour du mois de septembre.

Bien entendu, le public montréalais y trouvera son compte avec de nombreux événements et spectacles.

En attendant, les musiciens de partout dans le monde peuvent soumettre leur candidature pour y participer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer