Sienna Dahlen: tout est en place pour Verglas

Si Sienna Dahlen se produit avec des musiciens... (Photo Ricardo Hubbs)

Agrandir

Si Sienna Dahlen se produit avec des musiciens de jazz, on ne doit pas la considérer vraiment comme une chanteuse de jazz...

Photo Ricardo Hubbs

Partager

Sienna Dahlen est de ces artistes de grande qualité qui passent une large part de leur existence sur les chemins de traverse et les voies d'évitement... jusqu'à ce qu'un album les dévoile et change le cours de leur carrière. Voici peut-être cet album : Verglas, sous étiquette Justin Time, lancé ce mercredi à l'Upstairs, concert à l'appui.

Née à Nelson en Colombie Britannique, élevée à Dawson Creek, Sienna Dahlen décida d'embrasser la carrière de musicienne et compléta un premier cycle universitaire à l'université McGill dans les années 90. «J'ai vécu douze ans à Montréal. Vous ne m'y avez jamais entendue? J'y ai pourtant été impliquée dans plusieurs projets, notamment aux côtés de Christine Jensen et Joel Miller», souligne-t-elle dans un français plus qu'acceptable.

Aujourd'hui, elle vit à Toronto où elle a fait une maîtrise («jazz studies») et mène une carrière d'auteure-compositrice-interprète. «Au départ, je m'y étais installée car la personne avec qui j'étais alors s'était inscrite à la maîtrise. L'année suivante, j'avais décidé de faire de même. C'est pourquoi mon français est un peu rouillé aujourd'hui mais je le pratique autant que je le peux. Parfois... toute seule dans mon appartement !»

Depuis cinq ans, Sienna Dahlen pratique le français ailleurs que dans son appartement puisqu'elle se rend régulièrement à Paris pour y travailler.

«À cause de mon ami le batteur Karl Jannuska qui y habite depuis une dizaine d'années,  explique-t-elle.  Ainsi, je participe à l'un de ses ensembles. Karl est aussi membre de mon propre quartette, comme l'est Pierre Perchaud, un guitariste parisien dont le jeu est plein de goût et de sagesse. De Toronto, Andrew Downing est le contrebassiste /violoncelliste de cet ensemble. En fait, j'aime cette idée de passer le trois quart de l'année au Canada et le reste du temps en Europe.»

Si Sienna Dahlen se produit avec des musiciens de jazz, on ne doit pas la considérer vraiment comme une chanteuse de jazz.  Enfin... de l'idée qu'on se fait d'une chanteuse de ce type. Laissons-la raconter elle-même le cheminement de son identité atypique :

«J'ai grandi à l'écoute de chanteurs populaires, j'étais isolée à Dawson Creek mais mais parents avaient bon goût en musique et en art (mon père est peintre). Or je n'ai vraiment découvert le répertoire de qualité que lorsque j'ai étudié sérieusement la musique. J'étais  toutefois un peu perdue au terme de mon premier cycle universitaire. Je me demandais qui j'étais artistiquement. En écoutant Jane Siberry, j'ai capoté et je me suis mise à l'écriture de chansons.

«Ce que j'aime créer, ce sont des chansons qui permettent à ses interprètes d'improviser dans certaines parties, ce qui explique mon lien avec les musiciens de jazz. Je crée mes chansons comme des chansons de jazz, bien que mes goûts personnels soient très variés; Radiohead, Bon Iver, Arcade Fire, Jean Leloup, Pierre Lapointe, Ariane Moffatt... mais aussi Bill Frisell, Dave Douglas, Kurt Rosenwinkel ou Rebecca Martin.»

Verglas est le cinquième album de Sienna Dahlen. Il fut enregistré il y a deux ans mais un manque de fonds en retardé la sortie. Jamais trop tard pour si bien faire! Outre les superbes ambiances qui y prévalent, hormis cette mixtion très spéciale de jazz, folk ou country, on observe que la chanteuse y formule plusieurs rimes en français. Qui plus est, elle fait référence à l'hiver montréalais et cette fameuse tempête de verglas survenue en 1998. Par ailleurs, ses notes de pochette nous indiquent que feue Lhasa de Sela fut aussi un déclencheur important de sa démarche d'auteure-compositrice-interprète.

«Je me souviens de la sortie de son premier album, l'année où je terminais mes études à Montréal. J'étais très impressionnée par cette voix si distincte. L'ambiance de sa musique et de son expression vocale m'avaient vraiment inspirée. J'ai été très touchée par son histoire et sa mort prématurée - d'autant plus que nous avons le même âge. Et j'ai su qu'il a neigé très longtemps lorsqu'elle est décédée... Puisqu'il y a quelque chose d'hivernal dans ma musique, que l'hiver a toujours fait partie de mon existence»... tout était en place pour Verglas.

___________________________________________________________________________

Sienna Dahlen se produit ce mercredi à l'Upstairs, 20h30, 21h45, 23h.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer