Just for Laughs / Alonzo Bodden: Alonzo All Over

Alonzo Bodden est à Montréal comme à la... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

Alonzo Bodden est à Montréal comme à la maison: il donnera huit représentations de son spectacle solo The News is Not News du 21 au 26 juillet.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Juste pour rire
Juste pour rire

Nos articles sur le Festival Juste pour rire. »

Mario Cloutier

Alonzo Bodden sera l'humoriste le plus occupé à Just for Laughs cette année: deux galas, huit représentations solos - parfois deux par soir - et quatre spectacles All Star.

Quand l'humoriste Alonzo Bodden vient à Montréal, il s'installe à Montréal. S'il était un artiste visuel, on dirait qu'il travaille en all over sur la toile. Comme humoriste, toutefois, c'est plutôt business as usual!

Le très cool Californien donnera huit représentations de son spectacle solo The News is Not News du 21 au 26 juillet; il participera au gala du vétéran Don Rickles les 23 et 25 et, depuis mercredi, il complète son horaire «mollo» avec le spectacle All Star de Just for Laughs jusqu'au 26.

Le marathonien fera autant rire à la salle Wilfrid-Pelletier qu'au Métropolis, au Club Soda qu'à la petite salle Claude-Léveillée de la Place des Arts.

«Un salle intime, j'adorrrrre, dit en rigolant ce géant au grand coeur en entrevue téléphonique. J'aime être près du public. Surtout avec ce spectacle d'actualités.»

The News is Not News est une représentation d'une heure où il se moque des grands médias et de leur tendance à se jeter en meute sur un sujet donné.

«Vendredi dernier [11 juillet], il n'y avait qu'une seule et unique nouvelle partout: LeBron James retourne chez lui à Cleveland. Je comprends que les réseaux font de l'information continue, mais n'y avait-il vraiment rien d'autre ce jour-là? Le fait que le président s'inquiète de l'immigration clandestine d'enfants aux États-Unis, peut-être...»

Ce chouchou de la fête annuelle de l'humour montréalaise se rit des médias, mais aussi beaucoup des sujets qui les occupent. «Par exemple, Sarah Palin demande la destitution de Barack Obama. Celle qui a quitté la politique pour la téléréalité dit qu'il faut se débarrasser du président. Et tout le monde traite ça comme une nouvelle sérieuse!»

Républicains

Alonzo Bodden ne s'en cache toujours pas: il trouve les républicains et les conservateurs américains particulièrement risibles. Mais il trouve de plus en plus matière à rire de notre côté de la frontière. Pensons à Justin Bieber, notamment.

«Et Rob Ford, il faut parler de Rob Ford. Quel personnage médiatique! Avouons-le: nous sommes contents qu'il soit canadien. Voilà un gars honnête qui ne cache rien de la vérité, dit-il en riant. Remarquez, on a eu George Bush pendant huit ans.»

«Maintenant, nous avons le représentant du Tea Party, Ted Cruz, qui se tue à démontrer sur toutes les tribunes qu'il est un bon Américain. Mais il est canadien aussi: il est né à Calgary!», souligne Alonzo Bodden.

Alonzo Bodden compte improviser durant ce spectacle en commentant les nouvelles les plus récentes lues sur des moniteurs.

«C'est une partie plus interactive, dit-il. J'aime bien improviser avec l'actualité. C'est un puits sans fond.»

Inquiétude

Blague à part, cet humoriste politisé dit s'inquiéter de la tournure des choses aux États-Unis. Il ne se gêne pas pour critiquer les démocrates, leurs éternelles divisions et leur abandon rapide face à l'adversité, mais il reste un fidèle admirateur de Barack Obama.

«Ses mandats resteront dans l'histoire. Il fait un travail incroyable, mais il est tellement soumis à la critique! Comme l'était Jackie Robinson au baseball. Dans ce pays, un Noir doit toujours faire mieux qu'un Blanc, quel que soit son job.

«Barack Obama fait tout pour assurer des soins de santé aux plus démunis puisque nous sommes le seul pays sur terre à ne pas le faire, poursuit Bodden. Il a vaincu ben Laden, a ramené les soldats au pays et nous a sortis de la plus importante récession depuis 1929. Et tout ce qu'on entend c'est: «oui, mais... oui, mais...»»

Le problème vient du fait, croit-il, que l'opposition, quoique minoritaire, crie plus que tous les autres Américains.

«C'est dommage. Barack Obama doit se battre tous les jours contre le racisme. Tous les jours. Heureusement, je sens que la jeune génération sera différente, plus ouverte, moins sectaire. Je vote pour eux», conclut-il.

_______________________________

Alonzo Bodden présente The News is Not News du 21 au 26 juillet à la salle Claude-Léveillée de la Place des Arts.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer