Prix des aliments: Loblaw prévoit aussi une baisse prochaine

La hausse des prix des aliments a forcé certains consommateurs à porter une... (Photo Rocket Lavoie, archives Le Quotidien)

Agrandir

Photo Rocket Lavoie, archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
BRAMPTON, Ontario

La hausse des prix des aliments a forcé certains consommateurs à porter une plus grande attention à leur facture d'épicerie au dernier trimestre, mais le patron de la plus grande chaîne de détaillants alimentaires au Canada croit que les prix redescendront, et ce plus tôt que tard.

«Nous observons un ralentissement de l'inflation alors que le dollar canadien continue de s'apprécier», a expliqué mercredi le président exécutif des Compagnies Loblaw, Galen Weston, lors d'une conférence téléphonique avec des analystes. «Nous voyons les prix à la consommation reculer dans certains marchés et dans certaines catégories.»

M. Weston n'a pas précisé dans quelles catégories il croyait que les consommateurs réaliseraient les plus importantes économies, mais il a indiqué que la hausse soutenue des prix avait fait en sorte que les gens recherchaient davantage les rabais au cours du trimestre.

«Nous avons été un peu déçus par les ventes d'aliments», a-t-il indiqué, ajoutant que la société observait une «résistance des consommateurs» aux prix élevés de la nourriture.

L'analyste Irene Nattel, de RBC Dominion valeurs mobilières, a souligné qu'environ 60 % des revenus alimentaires de Loblaw provenaient de ses bannières à bas prix, et que l'entreprise aurait dû être en mesure de profiter de la demande des consommateurs pour des options à faibles prix au premier trimestre. Mais Loblaw a plutôt choisi de réduire ses dépenses promotionnelles pendant que ses concurrents les augmentaient, a-t-elle indiqué.

Malgré la concurrence, Loblaw, qui exploite notamment les bannières Provigo et Maxi au Québec, a vu les ventes de ses magasins ouverts depuis au moins un an progresser de 2,6 % au plus récent trimestre, en excluant les ventes d'essence. Un an plus tôt, la croissance de ces établissements comparables avait été de 4,0 %.

Les ventes comparables ont particulièrement progressé dans le segment pharmaceutique, avec une croissance de 6,3 %, par rapport à 3,1 % l'an dernier.

Dans l'ensemble, en tenant compte des pharmacies Shoppers Drug Mart - Pharmaprix au Québec -, la Banque le Choix du président et la Fiducie de placement immobilier Propriétés de Choix, Loblaw a affiché un bénéfice net et un bénéfice ajusté en hausse de plus de 10 % pour le trimestre clos le 26 mars.

Loblaw a engrangé un bénéfice net de 193 millions $ au premier trimestre, en hausse de 47 millions $, soit 32,2 %, par rapport à la même période l'an dernier. Le bénéfice ajusté s'est établi à 338 millions $, en hausse de 37 millions $, ou 12 %, stimulé par les plus fortes réductions de coûts.

Le chiffre d'affaires s'est établi à 10,4 milliards $, en hausse de 333 millions $, soit 3,3 %. La plus grande partie de cette augmentation était attribuable aux activités de détail des épiceries et des pharmacies.

Le bénéfice net par action a atteint 47 cents, tandis que le profit ajusté s'est chiffré à 82 cents par action, en hausse par rapport au profit net de 35 cents par action et au bénéfice ajusté de 72 cents par action de l'an dernier.

Loblaw a en outre indiqué que son prochain dividende trimestriel, payable le 1er juillet, passerait à 26 cents par action, en hausse de quatre % par rapport à celui de 25 cents par action précédemment.

Les résultats étaient conformes aux attentes des analystes interrogés par Thomson Reuters.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer