Bois d'oeuvre: Tembec espère une entente entre le Canada et les États-Unis

Tembec (T.TMB) espère voir le Canada et les États-Unis trouver... (Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Julien Arsenault
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Tembec (T.TMB) espère voir le Canada et les États-Unis trouver une solution de rechange à l'entente sur le bois d'oeuvre venue à échéance le 12 octobre dernier.

Son président et chef de la direction, James Lopez, a expliqué, jeudi, en commentant les résultats du quatrième trimestre de l'entreprise, qu'il s'attendait à une reprise rapide des pourparlers.

«Ce sera le statu quo au cours des 12 prochains mois, ce qui veut dire qu'il n'y aura pas d'imposition de tarifs douaniers ou de quotas sur les exportations canadiennes aux États-Unis», a-t-il indiqué au cours d'une conférence téléphonique.

Au pays, la grande majorité des producteurs de bois misent sur un tel partenariat et plusieurs d'entre eux veulent éviter d'autres tensions commerciales avec leur principal client au sud de la frontière.

L'accord de 2006 s'était conclu après cinq ans de batailles devant les tribunaux.

«Il y a eu beaucoup de spéculations (au cours du trimestre) à l'effet que des producteurs canadiens retenaient des volumes de bois (en raison de l'expiration de l'accord), a analysé M. Lopez. Cela ne s'est toutefois pas matérialisé. Il y a avait un bon équilibre entre l'offre et la demande.»

Le bois d'oeuvre représente un des secteurs d'activités de la société québécoise, qui se spécialise aussi dans les pâtes, papier et cellulose de spécialités.

En 2006, lorsque l'entente sur le bois d'oeuvre a été signée, les exportations vers les États-Unis étaient estimées à 4,3 milliards $ et vers la Chine à 82 millions $. En 2014, les exportations vers les États-Unis représentaient 3 milliards $ et vers la Chine 1,43 milliard $.

Au quatrième trimestre, Tembec a plongé dans le rouge en affichant une perte de 32 millions $, comparativement à des profits de 5 millions $ pour la même période l'an dernier, même si les revenus du fabricant de produits forestiers sont restés essentiellement stables.

Cette perte trimestrielle a toutefois été attribuée à une perte hors trésorerie de 38 millions $ liée à la conversion de sa dette libellée en dollars américains.

La perte par action s'est établie à 32 cents pour le trimestre clos le 26 septembre, comparativement à un bénéfice par action de 5 cents pour la même période en 2014.

Les revenus de Tembec ont totalisé 373 millions $ au plus récent trimestre, en regard d'un chiffre d'affaires de 371 millions $ au même trimestre l'an dernier.

Tous les secteurs - pâtes de cellulose de spécialités, pâtes à papier, produits forestiers et papiers - ont toutefois vu leur bénéfice d'exploitation ajuster afficher une progression.

«Je suis satisfait de voir nos résultats se redresser parce qu'ils avaient été vraiment décevants au trimestre précédent, a dit M. Lopez. Nous sommes optimistes pour le prochain exercice.»

Pour l'ensemble de l'exercice 2015, Tembec a réalisé une perte nette de 150 millions $, ou 1,50 $ par action, à partir de revenus de 1,4 milliard $. Lors de l'exercice précédent, la société avait engrangé un bénéfice net de 9 millions $, ou 9 cents par action, avec un chiffre d'affaires de 1,5 milliard $.

La conversion de la dette libellée en dollars américains a entraîné une perte hors trésorerie de 81 millions $ pour l'ensemble de l'exercice.

À la Bourse de Toronto, l'action de Tembec a clôturé à 95 cents, en recul de 3,06 %, ou trois cents.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer