Teck ira de l'avant à Fort Hills malgré le recul du prix du baril

Le recul du prix du baril de pétrole ne refroidira pas les ardeurs de Teck... (Photo fournie par Teck Resources)

Agrandir

Photo fournie par Teck Resources

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Vancouver

Le recul du prix du baril de pétrole ne refroidira pas les ardeurs de Teck Resources (T.TCK.B), qui compte toujours aller de l'avant avec son projet de Fort Hills dans les sables bitumineux.

«Forts Hills va, à notre avis, de mieux en mieux, a affirmé son président et chef de la direction, Donald Lindsay, au cours d'une conférence téléphonique visant à discuter des résultats du troisième trimestre. Nous sommes encouragés par le progrès réalisé après un an.»

La minière établie à Vancouver a dévoilé mercredi des profits en baisse par rapport à la même période l'an dernier, notamment en raison de changements aux lois fiscales chiliennes, du recul des prix du charbon utilisé dans la fabrication de l'acier ainsi que d'un fléchissement de la production de cuivre.

Questionné quant à savoir si Teck allait vendre ou réduire sa participation dans le projet de Fort Hills, mené conjointement avec Suncor Énergie et Total, M. Lindsay a plus d'une fois répondu «non».

Fort Hills devrait coûter 13,5 milliards de dollars et la production de pétrole devait s'amorcer vers la fin 2017.

Le prix du baril de brut a toutefois dégringolé depuis le début de l'année - passant même sous la barre des 80 $ US -, ce qui a incité plusieurs entreprises à mettre en veilleuse leurs projets de sables bitumineux.

La phase de construction a est bel et bien enclenchée à Fort Hills, où 4,5 milliards ont été octroyés en contrats au cours du dernier trimestre. De plus, selon Teck, la moitié du travail des ingénieurs a été effectuée.

Au troisième trimestre, le bénéfice net de la société a été de 84 millions $, ou 14 cents par action, en recul de 68 % par rapport à 267 millions, ou 28 cents par action, à la même période l'an dernier.

Cette performance s'explique entre autres par une charge de 64 millions attribuable au fisc chilien.

Sur une base ajustée, Teck a engrangé des profits de 159 millions de dollars, ou 28 cents par action, comparativement à 252 millions, ou 44 cents par action, au troisième trimestre de l'année précédente. Son chiffre d'affaires a fléchi de près de 11 % pour s'établir à 2,52 milliards.

L'entreprise a toutefois dépassé les attentes des analystes sondés par Thomson Reuters, qui misaient en moyenne sur un profit ajusté de 25 cents par action ainsi que sur des revenus de 2,25 milliards.

Fraser Phillips, de RBC Marchés des capitaux, a jugé que les résultats trimestriels de Teck étaient positifs.

«Les résultats ont été meilleurs que prévu, a souligné l'analyste dans une note de recherche. La réduction des coûts se poursuit malgré l'absence de nouvelles initiatives.»

Teck dit avoir réalisé des économies annuelles de 590 millions dans le cadre de mesures de réduction de coûts mises de l'avant lors de la deuxième moitié de l'année 2012.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer