Hausse marquée des ventes de tout-inclus

Si Saint-Martin et Porto Rico ne sont pas... (photo Desmond Boylan, reuters)

Agrandir

Si Saint-Martin et Porto Rico ne sont pas prêts à recevoir des touristes, Cuba a offert des produits alléchants en janvier pour inciter les gens à revenir après le passage d'Irma.

photo Desmond Boylan, reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le verglas, le froid et la neige des dernières semaines ont mis à rude épreuve l'humeur des Québécois. À bout de patience, plusieurs ont choisi d'aller pelleter... du sable sur les plages du Sud. Depuis quelques jours, les agences de voyages et les entreprises de tourisme observent une hausse marquée des achats de forfaits tout inclus vers les destinations soleil.

Transat, Sunwing, Expedia, Voyagearabais.com, l'agence de voyages haut de gamme Cinquième Saison à Outremont et Voyage Vasco à Victoriaville observent toutes une augmentation des ventes de voyages dans le Sud, en comparaison avec janvier 2017. André Desmarais, président régional de l'Association canadienne des agences de voyages, estime que cette hausse sera de l'ordre de 5 à 10 % pour l'hiver 2018.

« C'est très émotif, explique-t-il. Les gens réagissent à la météo et la température froide influence les consommateurs à vouloir partir dans le Sud. Il faut préciser qu'il s'agit d'une hausse pour la période actuelle et non pour l'année complète, car à l'automne, pendant l'ouragan, c'était plus difficile. »

Irma a ralenti les ventes. Croyant que certaines destinations ne seraient pas accessibles cet hiver à cause des dommages, plusieurs voyageurs ont attendu avant de faire leurs achats. Un autre facteur qui explique la hausse des ventes de janvier.

Transat, qui prépare ses offres de voyages plusieurs mois à l'avance, avait prévu une demande plus forte, mais pour d'autres raisons.

« Comme l'économie se porte bien et que le taux d'emploi est bon, nous l'avions anticipée, affirme Odette Trottier, directrice des affaires publiques et communication chez Transat. Pour l'ensemble de l'hiver, nous avons augmenté notre capacité sur les destinations Sud de 8 % [de 946 000 sièges à 1 024 000 sièges]. »

HAUSSES DE PRIX À CAUSE D'IRMA

Les agences de voyages constatent que les gens veulent partir tout de suite, mais les célèbres rabais de dernière minute n'existent plus. Les prix pour la relâche sont aussi plus élevés que par le passé. Et, bien qu'il y ait des offres de forfaits pour toutes les bourses, les clients paient plus cher qu'à l'hiver 2017 pour le même produit.

« Les prix sont beaucoup plus élevés que l'an passé, observe Badia Haddadi, conseillère en voyages à l'agence Cinquième Saison à Outremont. Tout le monde l'a vu ! Je fais des factures tous les jours et les clients habituels me disent : "Pourquoi cette année c'est plus cher ? Comment ça se fait ?" »

Selon la conseillère, qui compte 15 ans d'expérience, un forfait à 1500 $ coûte maintenant 1800 $.

Les voyagistes avaient déjà prévenu les agences de voyages d'une hausse de prix reliée aux pertes de revenus engendrées par Irma. Que ce soit à cause des hôtels vides ou du remboursement des clients qui n'ont pas pu partir.

Si Saint-Martin et Porto Rico ne sont pas prêts à recevoir des touristes, Cuba a offert des produits alléchants en janvier pour inciter les gens à revenir. Sonia Champoux, conseillère chez Voyage Vasco à Victoriaville, a noté que certains complexes touchés par Irma en ont profité pour améliorer leurs infrastructures et leurs plages.

« Le résultat est parfois supérieur à ce qu'ils pouvaient offrir avant les ouragans. La plage est plus large et le lobby, plus invitant... Les clients sont conquis. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer