Relations du travail au Québec: sombre bilan pour 2014

Au total, 53 conflits de travail, lockout ou... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Au total, 53 conflits de travail, lockout ou grèves ont été déclenchés en 2014 alors qu'il y en avait eu 75 l'an dernier.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Malgré une diminution du nombre de conflits de travail cette année, l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés trace un sombre bilan pour 2014 en matière de relations du travail au Québec.

L'organisme se réjouit que seulement 53 conflits de travail, lockout ou grèves, aient été déclenchés alors qu'il y en avait eu 75 en 2013.

Autre point positif: l'Ordre note que les ex-travailleurs de Wal-Mart de Jonquière ont eu gain de cause cette année, la Cour suprême du Canada émettant un jugement défavorable envers la multinationale relativement à la fermeture, en 2005, de cette succursale. Le magasin avait été fermé, en pleine négociation d'un premier contrat de travail avec les employés.

Mais, selon l'Ordre, les «flops» ont été plus nombreux que les «tops» en 2014.

Parmi ceux-ci, l'organisme signale le «débordement» survenu à l'hôtel de ville de Montréal, en réaction au projet de la loi 3 sur les régimes de retraite. Des travailleurs de la Ville avaient pris d'assaut et causé du vandalisme dans la salle du conseil municipal.

L'Ordre souligne également que les relations entre la Ville de Québec et ses pompiers vont de mal en pis, précisant qu'après 4 années de conflit, les pompiers sont toujours sans contrat de travail.

Pour 2015, l'organisme s'attend à un vent favorable pour le secteur manufacturier, rappelant que les économistes prévoient une croissance pour cette industrie qui a été éprouvée ces dernières années en ce qui a trait aux relations du travail.

L'Ordre estime par ailleurs qu'il faudra surveiller les négociations dans le secteur public. Le 31 mars 2015 marquera la fin du contrat de travail de milliers d'employés de l'État. Avec le climat d'austérité et les demandes d'augmentation des syndicats jugées déraisonnables par le gouvernement, il y a fort à parier que le printemps sera chaud, selon l'Ordre des conseillers en ressources humaines agréés.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer