Les magasins profitent de l'effet Eugenie

«Je remercie Eugenie Bouchard et Milos Raonic! lance... (AP)

Agrandir

«Je remercie Eugenie Bouchard et Milos Raonic! lance le copropriétaire du magasin TennisZon, à Montréal. Si je croise Eugenie à Montréal, je ne me gênerai pas pour lui exprimer ma gratitude!»

AP

Les performances remarquées d'Eugenie Bouchard et Milos Raonic à Wimbledon font sonner les caisses des magasins spécialisés de tennis et de la Coupe Rogers.

Depuis quatre mois, Pierre-Alain DuBois et Mathieu Lavallée sont copropriétaires du magasin TennisZon, à Montréal. Et ils ne chôment pas. «Je remercie Eugenie Bouchard et Milos Raonic! lance Pierre-Alain DuBois. Si je croise Eugenie à Montréal, je ne me gênerai pas pour lui exprimer ma gratitude!»

Depuis la performance de la joueuse de tennis de Westmount à Roland-Garros, la porte de TennisZon ouvre encore plus souvent qu'à l'habitude. «On sent l'engouement, dit M. DuBois. Quand Eugenie s'est rendue en demi-finale en Australie, j'ai senti un petit buzz, mais c'était l'hiver et les matchs étaient diffusés de nuit. Depuis Roland-Garros, plus de gens s'agglutinent devant notre téléviseur. Et plus de mamans entrent dans la boutique avec leurs enfants.»

Idem chez Lucien Laverdure Sport. L'achalandage a crû de 15 à 20% depuis le début de la semaine, estime son président, Alain Bourassa. «À chaque gros tournoi, on sent une effervescence, note-t-il. Il y a plus de raquettes à corder et plus de gens qui souhaitent se convertir au tennis. Une hausse d'achalandage de 15% dans notre industrie, c'est énorme, car les ventes sont stables depuis quelques années.»

Les raquettes juniors sont convoitées. Les ensembles camisoles-jupes également. «À cause d'Eugenie, dit Alain Bourassa. C'est plus facile à porter que les robes, et les choix de couleurs sont multiples. Les fournisseurs nous offrent plus de choix.»

Les dirigeants de TennisZon planifient des promotions. «Si Raonic s'était rendu en finale, on aurait proposé un rabais sur sa raquette Wilson Blade, mentionne Pierre-Alain DuBois. Mais on va peut-être le faire, car il a quand même accompli un exploit à Wimbledon. Hier, on a aussi commandé une dizaine de raquettes AeroPro Drive+ de Babolat avec laquelle joue Eugenie.»

La vedette de la Coupe Rogers

Sans surprise, l'effet Eugenie accélère la vente de billets de la Coupe Rogers, qui accueille les femmes cette année, du 1er au 10 août. «Nous sommes déjà à 83% de notre objectif en termes de revenus, contrairement à 75% l'an dernier, affirme le directeur, Eugène Lapierre. On devrait atteindre notre record de 175 000 billets vendus de 2008. Présentement, 120 000 ont été achetés.»

Les exploits des Bouchard et Raonic font aussi sourire les commanditaires du tournoi. «Ils estiment que leur investissement prend de la valeur, car on va parler démesurément du tournoi cette année», mentionne Claude Savard, vice-président, partenaires corporatifs, de Tennis Canada.

Mercredi dernier, celui-ci a exigé qu'on agrandisse l'ère de la Promenade du Sportif au stade Uniprix pour ajouter plus de kiosques de commanditaires à la quarantaine déjà prévus (Iris, Wilson, Babolat...). «Une agence de voyages et le spécialiste d'accessoires de vins Vinum se sont notamment ajoutés cette année», dit M. Savard. Ces nouveaux visiteurs ajoutent en moyenne de 10 000 à 20 000$ dans la caisse.

Les tournois masculin et féminin de la Coupe Rogers ont généré environ 14 millions de dollars en commandites en 2014. Les tarifs de commandite pourraient augmenter dans les prochaines années d'au moins 10%.

«Le tennis n'a jamais été autant à la télé, dit aussi Claude Savard. Nos ententes de cinq ans avec RDS, CBC et Sportsnet se terminent en 2015. En 2016, ça pourrait changer, car on est dans une belle situation pour négocier. Avec Eugenie, on a trouvé notre Guy Lafleur.»




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer