La Chine fait face à un défi économique «sans précédent», selon le FMI

Dans ce nouveau rapport publié dans le cadre... (PHOTO MARTIN MEJIA, ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Dans ce nouveau rapport publié dans le cadre d'un sommet annuel se tenant à Lima, au Pérou, le FMI se montre globalement inquiet de la flambée de l'endettement dans les pays émergents.

PHOTO MARTIN MEJIA, ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LIMA

La Chine, en proie à de récentes turbulences boursières, fait face à un défi «sans précédent» pour assurer sa stabilité financière et changer de modèle économique, a estimé mercredi le Fonds monétaire international (FMI).

«Les autorités chinoises sont confrontées à un défi sans précédent pour atteindre leur objectif d'adopter un nouveau modèle de croissance et un système financier davantage basé sur les lois du marché, et réduire les vulnérabilités héritées du précédent système», assure le FMI dans son rapport semestriel sur la stabilité financière publié à Lima, au Pérou, où se tient son assemblée générale.

Les autorités de Pékin veulent réorienter leur modèle économique vers une croissance plus modérée et tirée par la consommation et les services plus que par les grands projets d'infrastructure et les exportations de biens manufacturés à faible valeur ajoutée.

Selon le rapport du FMI, les banques chinoises doivent encore s'attaquer au défi grandissant de la détérioration des créances qu'elles détiennent sur fond «de faiblesses croissantes dans des domaines cruciaux du secteur privé».

Dans un scénario noir, les faillites d'entreprises pourraient augmenter en Chine, accentuant les tensions financières avec des implications pour une croissance qui marque déjà le pas, détaille le rapport.

Le ralentissement chinois a poussé le Fonds à abaisser mardi ses prévisions de croissance mondiale.

Dans ce nouveau rapport, le FMI se montre globalement inquiet de la flambée de l'endettement dans les pays émergents et de son possible impact sur les finances publiques.

«Les banques ont des matelas de sécurité moins épais au moment où les créances douteuses s'apprêtent à augmenter au vu de la dégradation des bénéfices des entreprises et de la qualité de leurs actifs», assure le FMI.

Les «pressions» sur les États pourraient s'intensifier s'ils étaient amenés à devoir «assumer» des pertes en venant au secours de leurs banques, assure le Fonds.

Plusieurs de ces pays émergents sont par ailleurs soumis à des pressions budgétaires du fait de la chute des cours des matières premières (pétrole, métaux, minerais...) dont ils tirent une grande partie de leurs revenus, a indiqué le FMI dans un autre rapport publié mercredi consacré aux dettes publiques.

«Les prix des matières premières sont extrêmement volatils et imprévisibles, créant d'importants défis pour les dirigeants des pays riches en ressources naturelles», détaille le FMI, appelant ces pays à développer des stratégies de diversification de leur économie et à investir notamment dans les infrastructures publiques.

Le FMI évoque plus généralement la «malédiction» qui frapperait les pays riches en ressources naturelles, notamment les producteurs d'hydrocarbures.

«Les ressources naturelles devraient être une bénédiction pour un pays (...) Mais un grand nombre de pays riches en ressources naturelles ont peiné à utiliser ces ressources pour augmenter leur croissance économique et les conditions de vie» de leur population, écrit le FMI.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer