La BCE prête à agir face au niveau de l'inflation

Le président de la Banque centrale européenne (BCE),... (Photo archives AFP)

Agrandir

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi.

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SINTRA

La Banque centrale européenne (BCE) est attentive aux risques que l'inflation ne retrouve pas son niveau proche de 2% à moyen terme, a déclaré lundi son président Mario Draghi lors d'un forum sur la politique monétaire à Sintra au Portugal.

«Aujourd'hui, nous partons du principe que l'inflation basse (observée) se prolongera mais reviendra progressivement à un niveau proche de 2%», ce qui est l'objectif de la BCE, a déclaré M. Draghi, lors de ce forum organisé par son institution.

«Notre responsabilité est toutefois d'être attentif aux risques qui peuvent apparaître et peser sur ce scénario et nous préparer à agir s'ils le font», a ajouté le banquier central.

Selon lui, la BCE a besoin d'être «particulièrement attentive actuellement à l'apparition d'une spirale négative entre inflation faible, baisse des attentes d'inflation et le crédit» qui a du mal à repartir, particulièrement dans les pays en crise.

La hausse des prix en zone euro a légèrement accéléré en avril, à +0,7% sur un an, après +0,5% en mars.

Pour l'instant, l'institution monétaire de Francfort table sur une accélération progressive, et prévoit que l'inflation atteigne 1,6% en 2016. Mais depuis le début de l'année l'inflation «a été plutôt plus basse qu'attendu», a récemment souligné le chef économiste de la BCE Peter Praet.

Ce qui commence à soulever l'inquiétude au sein de la BCE de voir les entreprises et les consommateurs reporter leurs dépenses, en espérant que la hausse des prix continue de fléchir. Soit les symptômes d'un glissement vers la déflation.

Face à ce danger, plusieurs de ses membres ont déclaré que l'institution monétaire de Francfort était prête à agir et ont cité plusieurs mesures possibles, comme une baisse de taux ou de nouveaux prêts à très long terme aux banques (LTRO) spécialement calibrés pour les pousser à prêter davantage.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer