Le pétrole aidé par le recul des stocks de brut aux É.-U.

Le marché a aussi été marqué selon lui... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le marché a aussi été marqué selon lui mercredi par l'annonce par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'une hausse de la production du cartel en juin, qui a atteint 32,61 millions de barils par jour (mb/j) contre 32,21 mb/j en mai.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, soutenus par l'annonce d'une nette baisse des réserves de brut aux États-Unis.

Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a gagné 45 cents à 45,49 dollars sur le contrat pour livraison en août au New York Mercantile Exchange (Nymex).

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre a terminé à 47,74 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 22 cents par rapport à la clôture de mardi.

«Le rapport du Département américain de l'Energie (sur les niveaux de stocks de produits pétroliers aux États-Unis) plaide dans son ensemble pour une hausse des prix, en particulier avec le fort repli des réserves de brut», a mis en avant John Kilduff d'Again Capital.

Les réserves commerciales d'or noir ont reculé de 7,6 millions de barils lors de la semaine achevée le 7 juillet selon les chiffres officiels, soit presque trois fois plus que prévu.

Il s'agit de «la plus forte baisse hebdomadaire depuis septembre 2016», a noté Joshua Mahony, analyste chez IG.

«L'été est la saison de la conduite aux États-Unis et mène souvent à des baisses des réserves, ce n'était donc pas complètement inattendu», a-t-il toutefois ajouté.

Par ailleurs, cette baisse des stocks de brut «est à mettre en rapport avec le rythme de production particulièrement élevé des raffineries», qui ont fonctionné à 94,5% de leur capacité, a souligné John Kilduff.

«La demande reste aussi modérée», a-t-il relevé: sur les quatre dernières semaines, la consommation de produits pétroliers aux États-Unis a progressé de 2,8% par rapport à la même époque de 2016, celle d'essence reculant de 0,3%.

La production américaine a elle continué à progresser, augmentant de 59 000 barils par jour (b/j), à 9,40 millions de barils par jour (mbj).

Le marché a aussi été marqué selon lui mercredi par l'annonce par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'une hausse de la production du cartel en juin, qui a atteint 32,61 millions de barils par jour (mb/j) contre 32,21 mb/j en mai.




publicité

publicité

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer