Le pétrole termine en baisse

Les cours du pétrole ont fini en baisse lundi à New York, l'inquiétude suscitée... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les cours du pétrole ont fini en baisse lundi à New York, l'inquiétude suscitée par le regain de tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran ne suffisant pas à compenser la déprime provoquée par les excédents mondiaux de production.

Le cours du baril de référence (WTI) pour livraison en février a perdu 28 cents à 36,76 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

En début de séance, « les marchés du pétrole ont été soutenus par la hausse des tensions entre l'Arabie saoudite et l'Iran, après que l'Arabie saoudite a exécuté un dignitaire chiite influent samedi sous l'accusation de terrorisme, déclenchant des manifestations puis une rupture des relations diplomatiques », a expliqué Tim Evans, chez Citi.

« L'inquiétude c'est que les tensions anciennes pourraient se réveiller jusqu'à déboucher sur une forme de confrontation militaire directe, menaçant la production et le transport de pétrole dans la région », a-t-il expliqué.

« D'un autre côté, les tensions rendent encore un peu plus difficile la possibilité d'un accord à l'OPEP [Organisation des pays exportateurs de pétrole] pour réduire volontairement l'offre » et soutenir les cours, a ajouté M. Evans. L'Iran et l'Arabie saoudite font tous les deux partie de ce cartel.

Pour John Kilduff, chez Again Capital, « les excédents du marché représentent une force immuable et rien d'autre qu'une guerre pourrait y mettre fin ».

La plupart des analystes doutaient qu'un rebond des cours du brut soit justifié pour l'heure, dans la mesure où la production des pays du Golfe, qui compte pour près de 30 % de l'offre mondiale de pétrole, n'était pas menacée dans l'immédiat.

« De faibles liquidités au démarrage de la nouvelle année ont probablement exacerbé la réaction des marchés pétroliers à [cette] dispute politique qui est peu susceptible de perturber la production », commentait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Par ailleurs, le marché est également en proie à des inquiétudes pour la demande, après l'annonce d'une nouvelle contraction de l'activité manufacturière en décembre en Chine, premier importateur mondial de pétrole.

Cette statistique a entraîné une dégringolade des Bourses chinoises, qui ont fini par être arrêtées prématurément, et a plombé ensuite les marchés d'actions européens et américains.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer