ArcelorMittal confirme son optimisme

La production d'acier brut du groupe a progressé... (PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG)

Agrandir

La production d'acier brut du groupe a progressé de 4,3 % en Europe au premier trimestre par rapport au dernier de 2013.

PHOTO ARCHIVES BLOOMBERG

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Antonio RODRIGUEZ
Agence France-Presse

Le géant mondial de l'acier ArcelorMittal, encouragé par une reprise légèrement plus forte que prévu dans l'Union européenne (UE), a confirmé vendredi son «optimisme prudent» et ses objectifs pour cette année.

«Comme le rythme de la reprise dans l'UE a légèrement dépassé les prévisions formulées à l'annonce des résultats de l'ensemble de l'année 2013 en février, nous avons revu à la hausse nos prévisions concernant la demande d'acier», a indiqué Aditya Mittal, directeur général d'ArcelorMittal Europe, lors d'une conférence téléphonique.

Le groupe table désormais sur une croissance de la demande en Europe, son principal marché avec les États-Unis, située dans une fourchette entre 2 et 3 % contre 2 % auparavant.

La production d'acier brut du groupe a progressé de 4,3 % en Europe au premier trimestre par rapport au dernier de 2013, a souligné le groupe qui avait pris des mesures de restructuration ces dernières années en fermant notamment les hauts-fourneaux de Florange (Moselle) il y a un an pour faire face à la chute du marché depuis le début de la crise.

Le groupe a notamment bénéficié de la reprise de la demande dans l'industrie automobile en Europe, l'un des principaux débouchés du groupe.

«La demande d'acier dans ce secteur est en hausse dans pratiquement tous nos marchés en Europe», a affirmé Aditya Mittal. Cette tendance à la hausse, ajoutée à la croissance attendue de la demande de 3,5 à 4,5 % aux États-Unis, a conforté l'optimisme prudent du groupe en ce début d'année, malgré l'Ukraine.

Le dirigeant européen du groupe sidérurgique parle de «stabilité» dans ce pays malgré la crise, avec des exportations de la production vers les pays du Moyen-Orient qui ont «compensé» la chute du marché intérieur.

«Comme tout le monde, nous espérons une solution pacifique en Ukraine», a souligné Aditya Mittal.

Le groupe a toutefois revu légèrement à la baisse ses prévisions de croissance de la demande d'acier pour 2014 à 3-3,5 % contre 3-4% auparavant, en raison de la crise ukrainienne et surtout d'un recul attendu un Chine, «un marché auquel nous ne sommes pas exposés», a souligné M. Mittal.

«Les perspectives de croissance de nos principaux marchés d'Europe et des États-Unis sont encourageantes et nous conservons dans l'ensemble un optimisme prudent sur les prévisions de nos activités pour le reste de l'année 2014», a assuré le PDG Lakshmi Mittal, cité dans un communiqué.

Hausse «temporaire» de la dette

Au premier trimestre, le groupe a effectivement poursuivi le redressement entamé au second semestre de l'an dernier, en diminuant ses pertes de 345 millions à 205 millions de dollars de dollars.

Malgré une hausse de 2,4 % des expéditions d'acier au premier trimestre, le chiffre d'affaires est toutefois resté pratiquement stable à 19,8 milliards de dollars (+0,1 %).

L'Ebitda, en revanche, a bondi de 12 % à 1,7 milliard de dollars sur les trois premiers mois de l'année. Une performance attendue par le marché qui permet au groupe de confirmer son objectif annuel d'un bénéfice opérationnel de 8 milliards de dollars, en hausse de 16 % par rapport à l'an dernier.

Seule ombre au tableau: le géant de l'acier a augmenté sa dette de 2,4 milliards de dollars au premier trimestre à 18,5 milliards, après l'avoir réduite à 16 milliards au terme de l'année dernière.

Pour Aditya Mittal, il s'agit d'un «point haut» et d'une situation «temporaire». Il a ainsi maintenu son objectif de la réduire à 15 milliards à «moyen terme».

ArcelorMittal attribue ce rebond de la dette à «des investissements en fonds de roulement et à d'autres créditeurs (1,3 milliard), au remboursement anticipé de titres à durée indéterminée (700 millions), à des fusions et acquisitions (200 millions) et à des fluctuations des taux de change (100 millions)».

Ces résultats «continuent d'apporter la preuve de l'amélioration de la performance de nos activités d'année en année, sous l'effet de la reprise des marchés de l'acier, de l'expansion de nos activités minières et de la poursuite des bénéfices résultant de notre optimisation ciblée des coûts», a souligné le PDG Lakshmi Mittal.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer