Le pétrole finit en légère hausse

Les cours du pétrole ont fini en légère hausse mercredi à New York, aidés par... (Photo François Roy, Archives La Presse)

Agrandir

Photo François Roy, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Les cours du pétrole ont fini en légère hausse mercredi à New York, aidés par un rapport sur les réserves de brut aux États-Unis jugé encourageant pour la demande, malgré des chiffres économiques américains mitigés.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars s'est apprécié de 19 cents, à 97,38 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

Les cours du WTI ont bénéficié de la parution d'un rapport hebdomadaire du département de l'Énergie américain (DoE) sur les stocks pétroliers du premier consommateur mondial de brut, qui a notamment fait état d'un nouveau recul des réserves de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage), pour la quatrième semaine consécutive.

Elles ont reculé de 2,4 millions de barils, à 113,8 millions de barils, soit un peu plus que la baisse de 2 millions de barils anticipée par les analystes.

Cette baisse est survenue alors que les États-Unis connaissent une série de vagues de froid successives depuis le début de l'année, précipitant un bond de la demande en fioul de chauffage.

D'après le DoE, les stocks de produits distillés sont en chute de 12,2% sur un an. Et les «stocks de fioul de chauffage se situent à leur plus bas niveau depuis au moins 1990», a remarqué Bob Yawger, de Mizuho Securities.

Autre bon signe pour la demande des États-Unis, les stocks de pétrole brut ont nettement moins progressé que prévu la semaine dernière aux États-Unis, gagnant 400 000 barils seulement lors de la semaine achevée le 31 janvier, soit une hausse cinq fois moins importante qu'attendu par les analystes (+2,2 millions de barils).

Les stocks d'essence ont de leur côté progressé de 500 000 barils, à 235 millions, soit moins qu'attendu par les experts qui tablaient en moyenne sur une hausse de 1,1 million de barils.

Surveillées de près par les courtiers après la mise en route le 22 janvier de la partie sud de l'oléoduc Keystone qui les relie aux raffineries du golfe du Mexique, les réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma), qui servent de référence au WTI, ont reculé de 1,5 million de barils par rapport à la semaine précédente, à 40,3 millions de barils.

La partie sud de «l'oléoduc Keystone finit par avoir de l'effet sur les stocks», a noté John Kilduff, de Again Capital.

La hausse des prix a toutefois été limitée par des chiffres économiques mitigés aux États-Unis. Les créations d'emploi dans le privé ont reculé de 227 000 en décembre à 175 000 en janvier, un chiffre toutefois globalement conforme aux attentes des analystes, mais peu encourageant avant un rapport mensuel très attendu sur les créations d'emploi et le niveau du chômage dans le pays en janvier à paraître vendredi.

En conséquence, malgré l'annonce d'une progression plus forte que prévu de l'activité dans les services aux États-Unis en janvier, «les opérateurs restent sur leurs gardes», a remarqué Oliver Sloup, de iiTrader.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer