Le pétrole aidé par un dollar plus faible et la Chine

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour... (PHOTO DAVID MCNEW, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février s'est apprécié de 1,06 dollar, à 92,72 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

PHOTO DAVID MCNEW, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le pétrole coté à New York a rebondi vendredi à New York, après une chute la veille à un plus bas en huit mois, profitant d'un dollar plus faible et d'une demande chinoise de bonne tenue.

Le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en février s'est apprécié de 1,06 dollar, à 92,72 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a fini à 107,25 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en hausse de 86 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Le marché pétrolier américain «a trouvé un peu de soulagement dans les marchés financiers, avec une baisse du dollar après le rapport décevant sur l'emploi américain», qui a donné un coup de pouce aux prix du brut, a noté Carl Larry, de Oil Outlooks and Opinion.

Contre toute attente, les créations d'emplois dans le pays en décembre aux États-Unis sont ressorties beaucoup plus faibles que prévu, à 74 000 emplois contre 197 000 attendus.

Et si le taux de chômage américain a enregistré un recul encourageant ce mois-là -- tombant à son plus bas niveau depuis octobre 2008-- à 6,7%, contre 7% attendu, les investisseurs notaient que cette baisse était en partie liée au recul de la population active. En effet, en abandonnant leurs recherches, de nombreux sans-emploi disparaissent des statistiques.

Ces nouvelles moins bonnes que prévu sur l'économie américaine tendaient à faire fuir temporairement les acheteurs du dollar.

D'autant plus que s'éloigne la perspective d'une réduction brutale d'un programme de soutien monétaire énorme de la Réserve fédérale américaine (Fed), qui tend à diluer la valeur du dollar et est conditionné à l'amélioration de l'économie des États-Unis et de l'emploi américain. La Fed a décidé le mois dernier de ramener ses rachats d'actifs mensuels de 85 à 75 milliards de dollars.

Sur le front de la demande, les prix trouvaient «du soutien dans les solides données sur les importations chinoises», ont expliqué les experts de Commerzbank.

La Chine a importé 6,31 millions de barils de brut par jour en décembre, soit 10% de plus qu'en novembre, ce qui constitue «un nouveau record», selon les économistes de la banque allemande.

Deuxième consommateur mondial d'or noir, la Chine est devenue en septembre dernier le premier importateur mondial de brut, dépassant les États-Unis dont la production nationale ne cesse d'augmenter.

Soutenu en début d'échanges par les importations chinoises, le Brent a brièvement été mis sous pression après l'annonce selon laquelle l'armée sud-soudanaise avait repris aux rebelles la ville pétrolière de Bentiu (nord du pays), une nouvelle de bon augure pour l'offre en brut du pays.

Le Soudan du Sud, indépendant du Soudan depuis juillet 2011 et produisant normalement environ un peu plus de 200 000 barils par jour, est ravagé par des combats depuis le 15 décembre.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer