Question pour un patron: gérer la croissance malgré les cycles

«Une personne sur 190 travaille dans le domaine... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

«Une personne sur 190 travaille dans le domaine de l'aérospatiale au Québec. Plus de 4500 nouveaux diplômés par année rejoignent le secteur. Je vois un avenir très prometteur pour notre industrie, un beau ciel bleu à l'horizon», estime Benoit Beaudoin, vice-président exploitation de Pratt & Whitney Canada.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Emilie Laperrière

Collaboration spéciale

La Presse

La Presse donne la parole aux grands dirigeants du Québec. Chaque semaine, un patron répond à cinq questions posées par le chef d'entreprise interviewé la semaine précédente. Et ainsi de suite. Benoit Beaudoin, vice-président exploitation de Pratt & Whitney Canada, répond aujourd'hui aux questions de Denis Richard, président de la Coop fédérée.

Pratt & Whitney Canada est une entreprise solidement enracinée au Canada depuis plus de 85 ans. Quelle place prend l'innovation au sein de vos pratiques d'affaires?

R L'innovation joue un rôle primordial. Elle nous a permis de développer un portfolio diversifié et attrayant. Nous investissons 450 millions par an dans la recherche et le développement. Grâce à ça, nous avons homologué plus de 100 types de moteurs. Nos technologies manufacturières nous permettent de nous démarquer et de développer des familles de moteurs qui changent la donne. On a d'ailleurs annoncé récemment la création d'un Centre d'excellence en fabrication intelligente de calibre mondial à Longueuil.

Pratt & Whitney est un leader mondial de l'aérospatiale. En tant que vice-président exploitation, à quels défis faites-vous face quotidiennement?

R On aime dire au travail que chaque seconde, un appareil propulsé par un moteur Pratt & Whitney décolle ou atterrit quelque part dans le monde. Notre principal défi est de gérer la croissance dans une industrie cyclique. On travaille dans ce sens avec nos 1300 fournisseurs au Canada. On doit aussi réussir à augmenter notre productivité en implantant de nouvelles façons de faire et en modernisant nos installations pour toujours être à la fine pointe de la technologie.

En plus de 15 ans au sein de Pratt & Whitney, quels sont les grands changements que vous avez pu observer dans l'industrie?

R Il y a eu plusieurs changements! J'en retiens surtout quatre. D'abord, la mondialisation. Notre présence est maintenant globale. Pratt & Whitney est présente dans 200 pays et territoires dans le monde. Les fusions et les acquisitions dans l'industrie ont aussi passablement changé la donne et les rapports de force. Les besoins des clients ne sont également plus les mêmes. Ils recherchent des produits performants plus silencieux et plus légers, qui sont aussi écoénergétiques. L'autre grand changement se rapporte à la technologie. L'industrie s'est complètement transformée.

Comment entrevoyez-vous les enjeux reliés à la relève au sein de votre organisation?

R Nous faisons face surtout à deux enjeux. Le premier est relié aux métiers hautement spécialisés, comme les ingénieurs qui sont le cerveau derrière nos innovations. On travaille étroitement avec 20 universités au Canada pour assurer la relève. Plus de 20 projets importants ont d'ailleurs été réalisés par des étudiants dans les dernières années.

L'autre enjeu concerne les opérateurs. En plus de travailler de concert avec les écoles spécialisées, nous offrons de la formation à l'interne pour ces travailleurs qui ont vu leur rôle se transformer au cours des dernières années. Avec l'automatisation des machines, leurs tâches sont plus diversifiées, et on les accompagne pour qu'ils s'adaptent bien aux changements.

Le domaine de l'aérospatiale est très important au Québec, il représente plus de 215 entreprises, 190 PME et plus de 40 000 travailleurs. Selon vous, quel est l'avenir de ce domaine dans la province?

R Une personne sur 190 travaille dans le domaine de l'aérospatiale au Québec. Plus de 4500 nouveaux diplômés par année rejoignent le secteur. Je vois un avenir très prometteur pour notre industrie, un beau ciel bleu à l'horizon. Par contre, on doit continuer à se démarquer sur la scène internationale. Il faut maintenir notre niveau d'innovation et offrir des solutions uniques à nos clients pour s'assurer de demeurer un chef de file dans l'industrie. Mais je suis confiant.

À lire la semaine prochaine: Christine Marchildon, première vice-présidente du réseau des succursales TD Canada Trust et présidente, direction du Québec du Groupe Banque TD, répond aux cinq questions de Benoit Beaudoin.

Le parcours de Benoit Beaudoin en bref

  • Âge: 49 ans
  • Études: Benoit Beaudoin est titulaire d'un baccalauréat ès sciences, spécialité génie industriel, de Polytechnique Montréal.
  • Vice-président depuis: 2008
  • Nombre d'employés: 9200, dont près de 5000 au Québec
  • Avant d'être vice-président: M. Beaudoin travaille pour Pratt & Whitney Canada depuis 2001. Avant de se joindre à l'équipe, il a été consultant pour Anderson Consulting et a occupé différents postes au sein de la haute direction des services de fabrication et de production de Kraft Canada.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer