Carl Desjardins, monteur-mécanicien (vitrier)

Carl Desjardins... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

Carl Desjardins

Photo David Boily, La Presse

Pourquoi avez-vous choisi ce métier?

C'est un concours de circonstances qui m'y a amené. Je ne savais pas trop quoi faire comme métier, et le père de mon ami, qui a une vitrerie, m'a proposé d'essayer le métier de monteur-mécanicien.

En quoi consiste votre travail?

J'installe les vitres qui recouvrent les immeubles, de la devanture des commerces aux gratte-ciel, en passant par les immeubles résidentiels. C'est un peu comme un casse-tête: j'insère les pièces de verre à leur place.

Qu'avez-vous fait comme études?

J'ai terminé mon secondaire 5 en 1998. J'ai ensuite fait un an au cégep en informatique, mais je n'aimais pas ça. Je suis entré dans l'industrie de la construction par les bassins (qui permettent à une personne non diplômée d'accéder à l'industrie lors d'une pénurie de main-d'oeuvre).

Quel a été votre cheminement professionnel?

Je suis présentement à l'emploi de Vitreco. Je suis chanceux: la plupart des monteurs-mécaniciens doivent changer d'entreprise au gré des contrats, mais je n'ai travaillé que pour une seule autre entreprise dans ma carrière. J'ai fait de tout, du résidentiel, des tours du centre-ville... Aujourd'hui, je travaille surtout sur des immeubles de six à dix étages.

Décrivez une journée typique de travail.

Ma journée commence vers 6h. Je fais d'abord l'inspection des nacelles, où je passe la majorité de mon temps. On sort le matériel, puis on coordonne les tâches du jour en groupe. Le travail se fait en équipe de deux, pendant 10 heures.

Quel est votre plus grand défi?

Je suis souvent mal placé. Je travaille dans les airs, contre le vent et le froid, et le soleil plombe sur les vitres.

Qu'aimez-vous le plus dans votre travail?

Le fait d'être à l'extérieur. Mon bureau est dehors, au dixième étage. J'ai la chance d'avoir une vue que peu de gens ont.

Qu'est-ce que les gens ignorent de votre métier?

La vitre, ce n'est que 25% de mon métier. Je travaille principalement avec les métaux, parce que je suis aussi responsable de l'ossature du bâtiment et de la finition.

Quelles sont les qualités et les aptitudes requises pour exercer votre métier?

La force physique est importante (les blocs de verre sont lourds). Il faut être prêt à affronter les intempéries, et surtout, ne pas avoir peur des hauteurs.

En chiffres

Salariés actifs en 2012: 2229

Âge moyen en 2012: 38

Nouveaux salariés en 2012: 201

Salaire annuel moyen (pour un compagnon travaillant au moins 500 heures): 58 773$

Perspectives d'emploi de 2013 à 2016: Bonnes. Emploi en légère baisse, bonne disponibilité. Les diplômés se placent très bien. Roulement élevé.

Nombre de femmes actives dans le métier: 8

Source: Commission de la Construction du Québec.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer