Metro cherche de la croissance par acquisitions

Malgré une performance avantageuse de ses actions en... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Malgré une performance avantageuse de ses actions en Bourse, Metro affiche la deuxième plus faible croissance des revenus en 2014 parmi les neuf entreprises comparables en Amérique du Nord.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Le détaillant et distributeur en alimentation Metro, qui dessert plus de 600 magasins au Québec et en Ontario, est à la recherche d'acquisitions alors que la croissance de ses ventes et de ses bénéfices traîne de l'arrière par rapport à ses semblables Nord-Américains.

Metro envisage de s'étendre à l'extérieur de ces deux provinces et recherche des occasions d'acquisitions semblables à celle qui a permis à son concurrent Loblaw (Provigo au Québec) de s'emparer l'an dernier du détaillant en pharmacies Shoppers Drug Mart Corp (Pharmaprix au Québec), lors d'une transaction de 13,5 milliards de dollars.

«La transaction qui a été faite avec Shoppers et Loblaw, en combinant des pharmacies et l' alimentation, nous y croyons et ce type d'opération nous intéresse», a déclaré Roberto Sbrugnera, vice-président à la trésorerie et aux relations avec les investisseurs chez Metro, lors d'un entretien avec l'agence d'informations financières Bloomberg.

«Dans les marchés des pharmacies et de l'alimentation, nous regardons à l'extérieur du Québec. Ça pourrait être en Ontario ou même l'ouest du Canada. Il y a un nombre important de joueurs du marché des pharmacies au Canada qui pourrait être une occasion pour nous».

Le groupe québécois Jean Coutu, le seul détaillant en pharmacies encore compris dans l'indice S&P/TSX de la Bourse de Toronto, pourrait être d'intérêt pour Metro, mais «il n'est pas à vendre», selon Roberto Sbrugnera.

Ailleurs au Canada, le groupe Rexall Drug Stores, qui exploite plus de 450 pharmacies à travers le Canada, permettrait de métro de prendre pied dans l'Ouest canadien. Société à capital fermé, Rexall est une propriété du Katz Group, basé à Edmonton, en Alberta.

Malgré une performance avantageuse de ses actions en Bourse, Metro affiche la deuxième plus faible croissance des revenus en 2014 parmi les neuf entreprises comparables en Amérique du Nord. La croissance de son bénéfice (avant éléments spéciaux) a aussi été en dessus de la moyenne de ces comparables, selon les données compilées par Bloomberg.

Source: Bloomberg




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer