Le chômage atteint 7,1 % en septembre

En septembre, l'emploi a peu varié au Québec... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

En septembre, l'emploi a peu varié au Québec et le taux de chômage a diminué de 0,3 % pour s'établir à 7,7 %.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
OTTAWA

L'économie a permis la création de 12 000 nouveaux emplois au Canada en septembre, mais le taux de chômage a augmenté de 0,1 % pour atteindre 7,1 % en septembre, en raison d'une hausse du nombre de personnes actives sur le marché du travail, a annoncé vendredi Statistique Canada.

Les gains étaient entièrement attribuables à la création de 74 000 emplois à temps partiel, 62 000 emplois à temps plein ayant disparus le mois dernier, a précisé l'agence fédérale. Le taux de chômage s'est pour sa part apprécié de 0,1 point de pourcentage pour atteindre 7,1 % en septembre.

«L'enquête sur la population active canadienne du mois a vu la balle rebondissante atterrir sur le vert, mais tout n'est pas parfait, malgré les manchettes décentes», a observé l'économiste en chef de la Banque de Montréal, Doug Porter, qui a estimé que les pertes d'emplois à temps plein étaient la «plus grosse fausse note».

M. Porter a estimé que le rapport était plutôt «bizarre», notamment avec sa perte de 51 000 emplois dans le secteur des services éducatifs, qui a contribué à la perte d'ensemble de près de 34 000 emplois en Ontario.

Selon Statistique Canada, le nombre de personnes travaillant dans le secteur éducatif a augmenté, mais moins que normalement à cette période de l'année, ce qui a donné lieu à un recul du résultat désaisonnalisé.

«Le plongeon dans l'emploi en éducation semble tout simplement étrange, et il sera vraisemblablement renversé le mois prochain», a estimé M. Porter.

«La mesure la plus juste dans ce rapport est la lente augmentation du taux de chômage - dans le contexte où l'économie n'a réussi qu'à croître que d'environ 1 % en données réelles au cours de la dernière année, il n'est pas étonnant que le taux de chômage soit en hausse.»

Cette enquête sur la population active représentait la dernière source importante de données économiques avant les élections fédérales du 19 octobre. L'économie a été un sujet important de la campagne électorale, notamment en raison des difficultés qu'elle éprouve à renouer avec une croissance soutenue.

La Banque du Canada a réduit deux fois son taux directeur cette année, dans l'espoir de donner un coup de pouce à une économie qui s'était contractée dans la première moitié de l'année, en grande partie à cause de la baisse des cours du pétrole.

Selon l'économiste Diana Petramala, de la Banque TD, les plus importantes difficultés de l'économie sont derrière elle, mais certains défis persistent.

«D'une part, nous continuons à nous attendre à un modeste taux d'embauche en raison de l'impact différé de la faiblesse passée dans la croissance du produit intérieur brut réel, avec un taux de chômage qui devrait rester relativement élevé aux environ de 7,0 % pendant la plus grande partie de l'an prochain», a-t-elle estimé.

«D'autre part, le secteur pétrolier continuera d'être une source de faiblesse pour l'économie, alors que les prix du pétrole continueront d'être bas.»

En septembre, le nombre de travailleurs autonomes a augmenté de 31 000, tandis que l'emploi dans le secteur public a diminué de 29 000, a indiqué Statistique Canada. Parallèlement, le nombre d'employés du secteur privé a augmenté de 10 000.

À l'échelle provinciale, l'emploi a augmenté en Colombie-Britannique, en Alberta, au Manitoba, en Nouvelle-Écosse, en Saskatchewan et à l'Île-du-Prince-Édouard, alors qu'il a diminué en Ontario ainsi qu'à Terre-Neuve-et-Labrador.

Au Québec, 11 100 emplois ont été créés le mois dernier et le taux de chômage a diminué de 0,3 point de pourcentage pour s'établir à 7,7 %. Comparativement à septembre 2014, l'emploi dans la province a augmenté de 47 000, un gain de 1,2 %. La majeure partie de cette croissance est survenue au cours des quatre premiers mois de l'année.

À l'échelle du pays, l'emploi a augmenté de 31 000 au troisième trimestre de 2015, après avoir progressé de 63 000 au premier trimestre et de 33 000 au deuxième trimestre.

Au cours de la période de 12 mois ayant pris fin en septembre, l'emploi a progressé de 161 000, une progression entièrement attribuable au travail à temps plein. Au cours de la même période, le nombre total d'heures travaillées s'est accru de 1,1 %.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer