É.-U.: le déficit commercial au plus haut depuis deux ans

Le solde chroniquement déficitaire des échanges de biens... (PHOTO ARCHIVES, REUTERS)

Agrandir

Le solde chroniquement déficitaire des échanges de biens et de services des États-Unis avec le reste du monde s'est établi à 47,2 milliards de dollars en données corrigées des variations saisonnières, bondissant de 6,9% par rapport à mars.

PHOTO ARCHIVES, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le déficit commercial américain a atteint en avril son plus haut niveau depuis deux ans sous l'effet d'un recul des exportations et de déséquilibres croissants avec la Chine et l'Europe, a indiqué mercredi le département du Commerce.

Le solde chroniquement déficitaire des échanges de biens et de services du pays avec le reste du monde s'est établi à 47,2 milliards de dollars en données corrigées des variations saisonnières, bondissant de 6,9% par rapport à mars.

L'ampleur de ce cinquième mois consécutif de hausse a surpris les analystes qui tablaient sur une progression moins prononcée de 2,2%.

Comparé à un an auparavant, la flambée constatée en avril est encore plus significative (+16,5%).

Fait aggravant, le ministère a par ailleurs nettement révisé à la hausse (+9,4%) le chiffre de mars désormais évalué à 44,2 milliards de dollars.

Globalement en avril, les échanges de biens continuent d'afficher un déficit en hausse, à -65,8 milliards de dollars, que la quasi-stagnation de l'excédent sur les services (+18,6 milliards) est très loin de compenser.

L'aggravation du déficit tient plus précisément à une progression des importations sur un mois (+1,2%, à 240,6 milliards de dollars) qui s'est conjuguée à un repli des exportations (-0,2% à 193,3 milliards).

Les achats à l'étranger de voitures, de biens de consommation, de produits alimentaires et de biens d'équipements ont ainsi tous atteint des niveaux record en avril, a précisé le ministère.

Les exportations ont, dans le même temps, marqué le pas dans le secteur des biens d'équipement hors automobile (-0,6% à 45,8 milliards) ou des produits alimentaires (-2,4%, à 11,9 milliards).

Petit motif de satisfaction sur le front énergétique, le pays a maintenu quasi inchangées ses importations de brut, à 21,9 milliards, tandis que ses exportations de produits pétroliers ont augmenté de 2,6%, à 11,8 milliards, portées par le boom du gaz de schiste.

En termes géographiques, les États-Unis ont par ailleurs vu leur déficit sur les biens flamber vis-à-vis de la Chine (+33,8%, à 27,2 milliards) mais également de l'Union européenne, avec un montant record de 14,0 milliards (+21,7% sur un mois).




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer