Le bitcoin «plus que risqué»

Selon l'agence, les plateformes d'échanges de bitcoin peuvent... (PHOTO JIM URQUHART, REUTERS)

Agrandir

Selon l'agence, les plateformes d'échanges de bitcoin peuvent être «piratées» afin de vider les portefeuilles numériques des investisseurs.

PHOTO JIM URQUHART, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Le bitcoin, affaibli par une profonde crise de confiance, est un investissement «plus que risqué» facilitant la fraude et les escroqueries, a mis en garde mardi l'autorité américaine de régulation des marchés financiers.

«Comme pour tant d'autres nouvelles tendances, les fraudeurs peuvent voir dans la dernière monnaie digitale en date une occasion de voler votre argent en utilisant les bonnes vieilles techniques d'escroquerie», écrit l'Autorité de régulation de l'industrie financière (Finra).

Selon l'agence, les plateformes d'échanges de bitcoin peuvent être «piratées» afin de vider les portefeuilles numériques des investisseurs. «Les utilisateurs peuvent perdre de l'argent et en ont déjà perdu», souligne la Finra dans sa mise en garde, parue sur son site internet.

Fermée soudainement début février, MtGox, une des premières bourses d'échange, a vu s'envoler pour près d'un demi-milliard de dollars de bitcoins, déstabilisant la jeune monnaie virtuelle créée en 2009 et renforçant les doutes sur sa fiabilité.

«Les transactions en bitcoin sont exposées à la fraude et au vol» mais «les porte-feuilles numériques ne sont pas protégés» comme le sont les dépôts bancaires, a souligné l'agence américaine.

La Finra assure également que les investisseurs qui ont misé sur le bitcoin pour réaliser des «bénéfices rapides» sont, eux, menacés par son extrême volatilité. «Avec des monnaies numériques, les bénéfices et les pertes sont virtuellement impossibles à prévoir», affirme l'agence.

Après avoir culminé à 1000 dollars l'an dernier, le bitcoin évoluait mardi vers 12h30 autour de 620 dollars.

Le bitcoin, qui s'échange de gré à gré en dehors de toute supervision, est dans le collimateur de plusieurs pays. Vendredi, le Japon a affirmé qu'il ne le considérait pas comme une monnaie, suggérant que les gains qui y sont liés seront imposables.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer