Quand la bave de limace inspire les chercheurs

Des chercheurs de Harvard ont mis au point... (Photo Thinkstock)

Agrandir

Des chercheurs de Harvard ont mis au point une nouvelle colle chirurgicale imitant la bave de limace.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une équipe de Harvard a mis au point une colle chirurgicale ultra-résistante en reproduisant les propriétés de la bave sécrétée par la limace.

Des chercheurs de Harvard, dont l'un vient d'être embauché à l'Université McGill, ont mis au point une nouvelle colle chirurgicale imitant la bave de limace. Actuellement, soit les colles chirurgicales fonctionnent mal en présence de liquide (de sang), soit elles sont toxiques. Cette nouvelle colle ne l'est pas.

« La bave de la limace lui sert de moyen de défense quand elle est attaquée », dit Jianyu Li, ingénieur mécanique qui vient d'être embauché par McGill et est l'auteur principal de l'étude publiée jeudi dans la revue Science.

« Le prédateur ne parvient pas à le retirer de la branche ou de la roche où se trouve la limace, tant la colle est forte. J'ai décidé d'utiliser la même structure, qui est composée de plusieurs niveaux d'adhésifs. L'un de ces niveaux, composé de particules chargées, peut céder sans que la structure de la colle soit altérée. Cela lui permet de résister à une tension trois fois plus grande que les autres colles chirurgicales. »

Les autres adhésifs chirurgicaux n'ont qu'un niveau, celui qui adhère aux surfaces. « C'est vraiment un exemple des solutions innovatrices qu'on peut retrouver dans la nature », dit M. Li.

ESSAIS CLINIQUES

Les chercheurs ont testé la colle sur un coeur de porc baigné de sang et elle a parfaitement fonctionné. Elle a aussi été essayée sur divers organes de rats ainsi que sur la peau, le cartilage, les artères et le foie de porcs. Sur le rat, une rustine a bien fonctionné tout au long d'un test de deux semaines. « Nous devons maintenant viser des essais cliniques sur les humains », dit M. Li.

Cela signifie-t-il que cette nouvelle colle chirurgicale ne sera pas offerte avant cinq à dix ans, soit la durée minimale de la série d'essais cliniques nécessaires pour que les autorités réglementaires autorisent un nouveau produit utilisé à l'intérieur du corps humain ? « Oui, mais nous visons aussi des applications externes, sur les plaies ouvertes, dit M. Li. Il y a des produits très efficaces, qui sont notamment utilisés sur-le-champ de bataille sous forme de poudre, mais qui ont une possible toxicité à long terme. Les exigences des essais cliniques pourraient être moins grandes dans ce créneau. »

Un autre avantage de cette nouvelle colle est qu'elle n'endommage pas les tissus quand on l'enlève - comme lorsqu'on retire un pansement adhésif posé sur des poils. « Nous avons vérifié s'il y avait des dommages à un foie de rat en hémorragie, et ce n'était pas le cas », dit M. Li.

En chiffres

3 milliards US

Ventes mondiales d'hémostats (produits servant à colmater les plaies en chirurgie) en 2015

6 milliards US

Ventes mondiales prévues d'hémostats (produits servant à colmater les plaies en chirurgie) en 2022

Source : Medmarket Diligence




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer