Vol d'essai réussi pour Solar Impulse à Hawaï

Solar Impulse dans un hangar de l'université d'Hawaï,... (Photo Archives AP)

Agrandir

Solar Impulse dans un hangar de l'université d'Hawaï, où il s'est immobilisé à mi-parcours de son tour du monde, en juillet dernier.

Photo Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE

L'avion solaire Solar Impulse a réussi son premier vol d'essai après avoir été immobilisé depuis juillet à Hawaï, à mi-parcours de son tour du monde, ont annoncé samedi les responsables du projet.

«Le premier vol d'essai est un succès», a annoncé l'équipe sur son blogue.

L'appareil, conduit par le pilote d'essai Markus Scherdel a décollé de l'aéroport de Kalaeloa à Hawaï vendredi, et le vol a duré une heure et demie et s'est déroulé «sans histoires».

Ce vol a permis au centre de contrôle de la mission de vérifier que la technologie fonctionne correctement, notamment les systèmes de stabilisation et de refroidissement de l'avion, précise le blogue.

Solar Impulse a atteint une altitude de plus de 8000 pieds (2400 mètres) au dessus de l'océan Pacifique.

Le tour du monde de Solar Impulse 2, un avion expérimental suisse révolutionnaire à batterie solaire, avait subi un coup d'arrêt en juillet, à mi-parcours de son périple de 35 000 kilomètres.

L'appareil avait été immobilisé pour plusieurs mois, le temps de réparer les batteries endommagées lors de sa dernière étape au-dessus du Pacifique, un périple record de 5 jours et 5 nuits entre Nagoya au Japon et Hawaï.

Les pilotes, André Borschberg et Bertrand Piccard, espèrent pouvoir reprendre leur tentative de tour du monde à partir du 20 avril.

Parti d'Abou Dhabi le 9 mars 2015, Solar Impulse 2 a accompli jusqu'ici près de 18 000 kilomètres.

Ses ailes sont couvertes de plus de 17 000 cellules photovoltaïques, qui chargent ses batteries la journée.

Surnommé le «paper plane» (avion en papier), il a une envergure de 72 mètres, plus grande que celle d'un Boeing 747, et un poids de 2,3 tonnes, soit celui d'une fourgonnette. Dans le minuscule cockpit, le pilote a volé jusqu'à 8634 mètres d'altitude, utilisant des bouteilles d'oxygène pour respirer. Il doit aussi supporter de grandes variations de température.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer