Exclusif

Des superbactéries se propagent dans les hôpitaux

Le nombre de personnes atteintes par un nouveau... (PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le nombre de personnes atteintes par un nouveau type de bactéries résistantes aux antibiotiques a connu une augmentation rapide dans l'île de Montréal. De 39 patients en 2013, on est passé à 44 l'année suivante, puis à 52 cas en 2015. En 2016, on avait presque quatre fois plus de cas, soit 186.

PHOTO FRANÇOIS ROY, ARCHIVES LA PRESSE

(Québec) Durant tout l'automne 2016, les hôpitaux de l'île de Montréal ont été frappés par l'apparition d'un nouveau type de bactéries résistantes aux antibiotiques. La propagation, qui s'est accélérée en juin, commence à peine à se résorber. Depuis octobre 2012, 280 cas ont été relevés, dont 185 dans la seule année 2016.

Selon un document du ministère de la Santé obtenu par La Presse, pas moins de 24 patients sont morts, soit 8,6 % des personnes atteintes par ce type de bactéries. Dans l'île de Montréal, on a constaté une augmentation rapide des cas : de 39 patients en 2013, on est passé à 44 l'année suivante, puis à 52 cas en 2015. En 2016, on avait presque quatre fois plus de cas, soit 186. Les «entérobactéries productrices de carbapénèmases» (EPC) sont plus dangereuses, plus «morbides» que C. difficile, qui avait fait la manchette il y a quelques années. Une forme virulente de C. difficile avait entraîné une douzaine de décès à Saint-Hyacinthe en 2006.

Situation «préoccupante»

«C'est un phénomène émergent. Je ne suis pas en panique, je ne suis pas hyper inquiet, mais la situation est préoccupante. On a pris action, la situation sera contrôlée de plus près», a indiqué le Dr Horacio Arruda, directeur national de la santé publique au ministère de la Santé. «L'important est qu'on sait ce qu'on doit faire, on est à un stade où on pourra contrôler la situation», a souligné le Dr Arruda en entrevue à La Presse, hier. Un programme de dépistage sur l'ensemble du territoire québécois sera enclenché en avril, après qu'on a «observé une augmentation de cas» à Montréal. «Je n'aurais pas peur d'être hospitalisé au Québec, on n'est pas dans une situation épidémique, mais il faut surveiller», a-t-il précisé.

Patients vulnérables

Pour la Dre Renée Paré, de la Direction de santé publique de Montréal, «c'est une bactérie qui peut être très difficile à traiter quand elle touche des personnes vulnérables». Les patients atteints sont entourés de mesures particulières - isolement, matériel hospitalier assigné - pour s'assurer que l'infection ne se propage pas. Le personnel qui traite ces patients est aussi informé de leur condition particulière, et ces dossiers font l'objet d'une attention particulière dans les cas de transfert d'un établissement à un autre. Ces bactéries ne se transmettent pas dans l'air, mais par contact de produits biologiques, notamment les selles. Le nombre des «porteurs» est plus important que celui des gens «atteints», qui vont développer une complication causée par la bactérie.

Propagation

Il y a 29 centres hospitaliers dans l'île de Montréal, incluant les hôpitaux universitaires. Selon la présentation faite à la mi-octobre par la Direction de santé publique de Montréal, on avait retrouvé ces superbactéries dans 21 établissements, dont 17 hôpitaux de soins de courte durée, trois centres hospitaliers de soins de longue durée et un centre hospitalier de réadaptation. «On n'a pas atteint un niveau endémique, on est loin de ça, mais on ne veut pas se rendre là», assure le Dr Arruda. Le document du Ministère indique qu'à Montréal, trois établissements - non identifiés - étaient surtout frappés. «L'important est que cela ne s'installe pas dans nos hôpitaux. [...] Si on parle de l'installation d'un germe dans les hôpitaux, on est au début, mais on peut contrôler ça si on met l'énergie nécessaire en terme de surveillance.»

Trop d'antibiotiques

Ces bactéries qu'on retrouve dans la flore intestinale ont la capacité de transmettre leur résistance aux antibiotiques à d'autres bactéries. Leur apparition est liée à l'utilisation d'antibiotiques à «large spectre» dans certains pays - en Inde, en Italie et en Grèce, par exemple. Un tel recours à un antibiotique puissant, «c'est utiliser une bombe pour tuer une mouche», illustre le Dr Arruda. La fréquence d'utilisation de ces antibiotiques plus anciens permet aux bactéries d'acquérir une résistance aux médicaments de deuxième et de troisième générations, explique le spécialiste.

Phénomène mondial

L'arrivée des EPC «est un phénomène mondial, en France, en Italie, en Inde, souligne le Dr Arruda. On sait que, tôt ou tard, cela allait arriver au Québec. Depuis 2014, on a commencé à se rendre compte qu'on en a. À compter du 1er avril, on applique un programme de dépistage pour mieux contenir cette situation et empêcher que cela devienne endémique». Israël est parvenu à contrôler ces bactéries, mais en Italie ou en Grèce, on parle d'une situation «endémique», observe le Dr Arruda. Le document du Ministère indique que dans 38 cas, l'infection peut provenir d'un séjour à l'étranger, avec ou sans hospitalisation. Selon le type d'infection, les pays les plus souvent cités sont l'Inde, la Grèce et le Bangladesh.

Infectés à l'hôpital

Pour le type le plus courant d'EPC, Klebsiella pneumoniae (KPC), 79% des patients atteints ont été infectés dans un établissement de santé, à Montréal - on parle alors d'infections nosocomiales. Mais elle pourrait apparaître ailleurs, dans un centre d'accueil, par exemple. «L'infection est à potentiel nosocomial, mais pourrait se transmettre à la communauté. Dans certaines populations, on pourrait assister à une contamination du milieu», observe le Dr Arruda. Ce type de bactérie KPC est «difficile à contrôler», indique le document. On en a constaté 19 éclosions dans quatre hôpitaux et un centre de soins de longue durée, pour un total de 67 patients.

Morbidité

Ces bactéries ne sont pas mortelles en soi, et les patients atteints ne présentent pas de symptômes particuliers. Mais en neutralisant l'effet des antibiotiques, elles entraînent des complications et rendent une infection difficile à enrayer. Un patient pourra par exemple être atteint d'une pneumonie parce que la bactérie rend sa médication inefficace.

Différent de C. difficile

En 2006, 11 personnes sont mortes à l'hôpital Honoré-Mercier de Saint-Hyacinthe à la suite d'une éclosion de C. difficile. Cette bactérie est d'un autre type, explique le spécialiste. En gros, C. difficile sécrète une toxine qui entraîne des complications importantes, mais ne vient pas contrecarrer l'effet des antibiotiques. La souche apparue à Saint-Hyacinthe venait d'Angleterre et avait la particularité de produire une enzyme beaucoup plus toxique. «Si on exclut cette souche de Grande-Bretagne, C. difficile est moins morbide [moins dangereuse] que les EPC», observe le Dr Arruda.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer