Crise des opioïdes: la ville de Vancouver hausse ses taxes

Plus de 620 surdoses mortelles sont survenues en... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Plus de 620 surdoses mortelles sont survenues en Colombie-Britannique entre janvier et octobre.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Vancouver

La Ville de Vancouver a approuvé une faible hausse de la taxe foncière afin d'obtenir des ressources supplémentaires pour faire face à la crise des surdoses causées par la consommation d'opioïdes.

Le budget de l'année 2017 approuvé mardi par les conseillers municipaux prévoit une hausse de 0,5 pour cent de la taxe foncière, qui atteindra ainsi 3,9 pour cent.

L'argent supplémentaire qui sera perçu servira à soutenir les services de première ligne, notamment les pompiers, qui sont appelés à intervenir plusieurs fois par jour pour les cas de surdoses.

Plus de 620 surdoses mortelles sont survenues en Colombie-Britannique entre janvier et octobre, selon le Service du coroner de la province. Environ 60 pour cent des cas étaient liés à une consommation de fentanyl, un opioïde tristement célèbre.

Les pompiers ont répondu à 745 signalements concernant des surdoses durant le seul mois de novembre, indique la Ville de Vancouver dans un communiqué, ajoutant que ceux-ci ont eu recours à la naloxone 35 fois.

La naloxone est un composé qui peut réduire, voire inverser les effets d'une surdose de fentanyl.

Le conseiller municipal Kerry Jang, qui est aussi un psychiatre spécialisé en santé mentale, avait déclaré au conseil municipal, le mois dernier, qu'il considérait la crise actuelle comme la pire qu'il ait vue dans sa vie.

«Plusieurs de mes collègues sont épuisés. Je suis épuisé, j'aide là où c'est possible, travaillant avec nos partenaires pour faire avancer les choses», avait-il dit pendant le débat sur l'augmentation de la taxe foncière entérinée mardi.

Dans une note envoyée plus tôt ce mois-ci aux conseillers municipaux, on indique que la hausse de 0,5 pour cent permettra de récolter 3,5 millions $.

On laisse entendre, toujours dans ce même document, que la somme perçue pourra aller au soutien en santé mentale des pompiers et autres premiers répondants. Des formations supplémentaires sur les surdoses pourraient être offertes aux employés de la Ville et davantage d'opérations de ramassage de seringues dans les espaces publics pourraient être menées, suggère-t-on.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer