La famille Saputo fait un don de 10 millions à l'Institut de cardiologie

Joey Saputo, président de l'Impact de Montréal et... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Joey Saputo, président de l'Impact de Montréal et du Stade Saputo et sa femme Carmie Frassetti; Mirella Saputo, femme de Lino Saputo; Lino Saputo, président du conseil d'administration de Saputo; Amelia Violo femme de Lino A. Saputo Jr, Chef de la direction et vice-président du conseil d'administration de Saputo

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un don de 10 millions de dollars versé par la famille Saputo à l'Institut de Cardiologie de Montréal (ICM) pour la prévention des maladies cardiovasculaires est venu couronner la 16e édition du Grand Bal des Vins-Coeurs hier soir à Montréal. Les centaines de donateurs réunis dans les studios du Cirque du Soleil pour l'événement phare de financement de la Fondation ont pour leur part donné un montant de 1,7 million.

Le don des Saputo est l'un des plus importants dans le domaine de la santé au Canada, il égale celui du hockeyeur P.K. Subban à la Fondation de l'Hôpital de Montréal pour enfants l'an dernier. « C'est un don phénoménal ! Ce n'est pas juste 10 millions, c'est 10 millions en prévention ! », s'est réjoui Henri-Paul Rousseau, président du C.A. de la Fondation de l'ICM, et également vice-président du conseil de Power Corporation (propriétaire de La Presse) et de la Financière Power.

Cet important don de la famille Saputo, à la tête du géant canadien des produits laitiers du même nom, va permettre notamment la mise en place d'une Chaire spécialisée dans la recherche cardiovasculaire et la prévention des troubles cognitifs à l'Université de Montréal. Des salles multifonctions seront aménagées dans le centre de prévention cardiovasculaire de l'ICM - qui sera rénové et renommé au nom de la famille Saputo - pour offrir davantage de cours et dispenser de l'enseignement en prévention.

« Ce 10 millions va permettre d'amener plus loin le Centre de prévention, de créer des chaires et de faire des recherches qui sont normalement difficiles à financer. On vient de se doter d'outils pour attirer les meilleurs chercheurs à Montréal dans ce domaine », a expliqué Henri-Paul Rousseau. La famille Saputo, chaudement applaudie par les invités, n'accordait aucune entrevue hier soir.

Le ministre de la Santé Gaétan Barrette estime que la recherche en prévention s'est complexifiée en raison des avancées scientifiques. « Quand on est rendu à la génétique de la prévention cardiovasculaire, là on est plus dans la science-fiction, on est sur un nouveau territoire à défricher ! Les bénéfices de la prévention sont maintenant démontrés », a déclaré le ministre, en entrevue avec La Presse, hier soir. Pendant son discours devant le parterre d'invités, le ministre a maintenu que l'ICM était l'un des « quatre meilleurs instituts au monde en cardiologie ».

La ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David, qui a déjà siégé au C.A. de l'ICM et dont le père Paul David a fondé l'Institut, s'est réjouie d'un tel investissement en prévention. « Sans la prévention, on peut dire qu'il y a aurait beaucoup, beaucoup plus de maladies coronariennes. Je remercie profondément tous les donateurs. On n'a rien à envier, au Québec, à tous les autres centres au monde. On est parmi les meilleurs, disons-le, soyez en fiers ! », a-t-elle lancé aux donateurs, qui ont pu assister à une performance du Cirque du Soleil en fin de soirée.

En février dernier, l'ICM a d'ailleurs reçu un important coup de pouce du gouvernement provincial : des investissements de 150 millions pour construire notamment une nouvelle salle d'urgence et une nouvelle unité de soins ambulatoires. La Fondation de l'Institut doit injecter 25 millions en plus dans ce projet qui doit se terminer en 2021.

Henri-Paul Rousseau rappelle que la Fondation vise à amasser plus de 50 millions pour attendre son objectif de 156 millions à moyen terme. « On veut être les meilleurs pour servir la population du Québec dans quatre domaines : la personnalisation des soins, la génétique cardiovasculaire, l'imagerie cardiovasculaire - qui permet de lire le système circulatoire - et la prévention. Quand on met les quatre ensemble, on veut prévoir, on veut prévenir, on veut guérir », a soutenu M. Rousseau.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer