Rémunération des médecins: la RAMQ explique ses vérifications

La Régie de l'assurance maladie du Québec n'a pu imposer d'amende aux médecins... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Photo La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne

La Régie de l'assurance maladie du Québec n'a pu imposer d'amende aux médecins pris en défaut quant à leur rémunération parce que le processus est trop long et trop lourd.

Et, de toute façon, ces amendes variant de 500 $ à 2500 $ sont peu dissuasives, ont admis jeudi des représentants de la RAMQ devant la Commission de l'administration publique, à Québec.

La commission parlementaire se penchait sur le rapport de la Vérificatrice générale sur la rémunération des médecins, paru le 27 novembre dernier, et s'attardait sur les moyens mis en place par la RAMQ pour faire les vérifications appropriées quant à la facturation des médecins.

La Régie a indiqué qu'elle parvenait à se faire rembourser le trop-payé lorsqu'elle informait un médecin pris en défaut en cette matière, mais que l'amende était peu dissuasive et que le processus à suivre était si lourd que dans les faits, «il n'y a pas eu de montant d'amende récupéré» pendant la période «enquêtée».

Pour qu'elle impose une amende, il faut d'abord qu'il y ait une enquête de nature pénale, puis un rapport d'infraction transmis au Directeur des poursuites criminelles et pénales, qui émet à son tour un constat d'infraction, puis décide si lui porte le dossier devant les tribunaux, a expliqué la RAMQ.

Or la Régie dispose d'un délai de deux ans pour suivre tout ce processus, à partir du moment du paiement au médecin - ce qui est trop serré, a-t-elle fait savoir.

Interrogés par la députée péquiste de Taillon, Diane Lamarre, les représentants de la Régie ont admis qu'il leur serait utile d'avoir plus de pouvoirs. Invités à être plus précis, ils ont cité le pouvoir d'inspection - la Régie mène des inspections mais a peu de pouvoirs en la matière. Ils ont aussi suggéré d'intervenir face aux délais de prescription trop courts et du montant des amendes peu dissuasif.

La Régie a par ailleurs souligné qu'elle avait déjà amorcé des changements, avant même le rapport de la Vérificatrice générale sur la rémunération des médecins, qu'elle en avait apporté d'autres depuis et qu'elle continuerait de le faire.

Elle prévoit avoir adopté l'ensemble des recommandations d'ici un an.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer