L'UdeM suspend un prix qui devait être remis au Dr Harris

Le Dr Patrick Harris... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Dr Patrick Harris

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'Université de Montréal a suspendu, mercredi soir, un prix devant être remis à l'ex-chef de chirurgie du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), le Dr Patrick Harris, a appris La Presse.

Le Dr Harris, qui s'est retrouvé au coeur de la controverse qui a agité le CHUM ce printemps, a été choisi la semaine dernière par 12 de ses 16 médecins résidents pour remporter le prix Bossé, qui récompense chaque année le meilleur professeur du programme de plastie de l'Université de Montréal. Cette nomination aurait irrité certains membres du comité de programme de l'Université de Montréal, qui auraient même menacé de démissionner si cette nomination était maintenue.

Devant la controverse, la direction de l'Université a décidé d'intervenir. Mercredi soir, la vice-doyenne de médecine, la Dre Josée Dubois, a rencontré les résidents pour leur expliquer que le programme n'est présentement pas en assez bonne position pour faire ce genre de vote. L'annulation du prix a choqué certains résidents et chirurgiens du CHUM.

Une crise qui dure

Le Dr Harris s'est retrouvé au coeur d'une controverse, en mars dernier. Le président du CHUM, Jacques Turgeon, a démissionné en dénonçant le fait que le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, lui ait imposé de renommer le Dr Harris comme chef du service de chirurgie sous peine de perdre sa fonction à la tête du CHUM.

M. Turgeon dénonçait l'ingérence du ministre dans ce dossier. Dans sa lettre de démission, M. Turgeon parlait « des éléments d'intimidation et de harcèlement importants » sévissant au service de chirurgie du CHUM.

Six des neuf programmes de chirurgie de l'Université de Montréal sont effectivement en sursis auprès du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada pour différents problèmes, allant de la mauvaise gestion à l'intimidation. La source de ces problèmes n'est toutefois pas claire. Certains accusent le Dr Harris d'en être la cause. D'autres accusent plutôt la direction de l'Université. Le malaise entre le Dr Harris et l'Université dure depuis des années, comme l'expliquait La Presse dans un article publié en mars.

M. Turgeon est revenu en poste le 1er avril. La course à la direction du service de chirurgie du CHUM se poursuit. Trois candidats sont en lice, dont le Dr Harris. Mais des problèmes de confiance persistent.

Colère

Pour certains chirurgiens du CHUM, l'annulation du prix Bossé est étroitement liée à la crise qui touche le CHUM. « On ne veut pas que le Dr Harris ait ce prix. Car on veut continuer de l'accuser de faire de l'intimidation. Mais ce n'est pas le cas. Ses propres résidents veulent lui décerner ce prix ! L'Université continue de porter ombrage au Dr Harris, sans raison », dénonce l'un d'eux.

L'Université de Montréal n'a pas voulu commenter la situation. « La faculté de médecine ne compte pas commenter une décision interne », a déclaré le porte-parole de l'Université, Mathieu Filion.

Dans des courriels échangés entre les médecins résidents du CHUM et obtenus par La Presse, une résidente s'inquiète de la situation et écrit que la nomination du Dr Harris comme lauréat du prix Bossé a « engendré de la frustration de la part de plusieurs résidents et patrons et aura des conséquences graves : le comité de programme va démissionner. Pas de comité... pas de programme ».

Un autre résident dit être « attristé » de voir qu'une « décision prise démocratiquement soit écartée par l'Université ». « Si notre programme est si fragile que la seule remise d'un prix à un professeur le menace, c'est donc que le programme est sans espoir », dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer