Daniel Johnson prend la tête de la campagne de financement du CHUM

Daniel Johnson... (Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Daniel Johnson

Photo: Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Alors que l'ouverture du nouveau Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), prévue pour 2016, approche à grands pas, l'ancien premier ministre Daniel Johnson prend la tête de la campagne de financement de l'établissement. Il annoncera ce matin qu'il succède à Guy Savard à la présidence du Cabinet de campagne du CHUM.

Ce cabinet a été créé en 2012 et espère amasser 300 millions pour aider au financement des activités du CHUM. Jusqu'à maintenant, 60 % de cette somme a été amassée.

«Le projet du nouveau CHUM m'emballe depuis longtemps. C'est mon hôpital», affirme M. Johnson. C'est dans cet établissement que l'ex-politicien a vu le jour. C'est aussi là qu'il s'est fait soigner pour une blessure subie en jouant au hockey, dans sa jeunesse.

Alors qu'il était premier ministre, en 1994, M. Johnson a vu passer les premiers projets de mégahôpitaux universitaires de Montréal. «Ça fait tellement longtemps qu'on en parle. Je ne pensais pas être là quand ça ouvrirait!», a lancé M. Johnson.

Questionné à savoir si les nombreux scandales qui ont précédé le lancement du nouveau CHUM nuisent à la campagne de financement, M. Johnson répond par la négative. «Tout cela est derrière nous, dit-il. Il y a eu des distractions. Mais là, on est dans la phase d'exploitation.»

Et les nouvelles réformes qui touchent actuellement le système de santé nuisent-elles aux efforts du cabinet de campagne? Pas selon M. Johnson.

En tant que nouveau président, M. Johnson aura le mandat de solliciter les entreprises, les fondations et le grand public pour amasser «le plus d'argent possible le plus vite possible».

Selon M. Johnson, le fait que le centre de recherche du CHUM soit déjà ouvert et que la construction du nouvel hôpital soit terminée à 75% motive la communauté à investir dans le projet.

«Pour les entreprises, appuyer le CHUM, c'est une responsabilité sociale. Ça leur donne de la visibilité. Ça valorise leur compagnie dans la société. Le CHUM est le phare francophone de la médecine en Amérique du Nord. Il faut en être fier», plaide M. Johnson.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer