La hausse du nombre de cas de grippe se poursuit

Le nombre de cas confirmés de personnes atteintes de l'influenza ne cesse... (PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le nombre de cas confirmés de personnes atteintes de l'influenza ne cesse d'augmenter au Québec. Au cours de la semaine se terminant le 3 janvier, 2183 nouveaux cas ont été recensés par le Laboratoire de santé publique du Québec, alors qu'on en comptait 1800 la semaine précédente.

Au sommet de la saison grippale, l'an dernier, seulement 700 cas avaient été répertoriés, si bien que le ministère de la Santé constate que la grippe de l'année 2014-2015 est nettement plus virulente.

«La saison 2014-2015 semble avoir engendré plus d'hospitalisations dans les urgences. Les intervenants cliniques sur le terrain nous indiquent en effet que cette saison est particulièrement virulente, compte tenu de la sévérité des complications dont souffrent certaines personnes vulnérables», affirme la porte-parole du ministère de la Santé, Stéphanie Ménard.

Celle-ci ajoute que l'activité grippale est «très élevée» ces temps-ci, «particulièrement dans l'ouest de la province». «Mais il est trop tôt pour déterminer si nous sommes dans le pic de grippe», note-t-elle.

Selon Mme Ménard, aucune région n'a encore demandé l'ouverture de cliniques de grippe. «Mais nous demeurons à l'écoute de leurs recommandations», dit-elle, tout en ajoutant que la situation dans le réseau est «encore sous contrôle malgré le niveau d'affluence élevé».

En hausse

Depuis plusieurs jours, des intervenants du milieu de la santé rapportent que la grippe a frappé plus tôt cette année et que le vaccin est moins efficace.

Jusqu'à maintenant, les régions de Montréal et du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont été particulièrement touchées par l'éclosion de grippe.

Dans les jours précédant le 1er janvier, jusqu'à 2900 personnes se sont présentées quotidiennement dans les salles d'urgence de Montréal, un record historique. «Il y a eu une petite accalmie ensuite. Mais mardi, on a reçu 2685 consultations. C'est vraiment très achalandé», affirme le directeur général adjoint de l'Agence de la santé de Montréal, le Dr Jacques Ricard.

«La grippe a frappé plus tôt chez nous que dans d'autres régions, explique quant à lui le porte-parole de l'Agence de la santé du Saguenay, Jean-François St-Gelais. Le premier cas est apparu dans la toute première semaine de novembre. Mais on assiste présentement à une diminution du nombre de cas.»

Preuve que la situation se stabilise au Saguenay-Lac-Saint-Jean, le taux d'occupation des civières des hôpitaux de la région n'était que de 80% hier.

Ailleurs dans la province, les salles d'urgence étaient bien plus occupées. À Montréal, le taux d'occupation des civières à l'urgence atteignait 152%. L'hôpital du Lakeshore présentait de loin le plus fort achalandage, avec un taux d'occupation de 219%.

Directeur de la santé publique de la Montérégie, le Dr Jean Rodrigue constate que la grippe est plus virulente cette année. «Mais le réseau n'est pas hors contrôle», dit-il.

Les Québécois doivent toutefois prendre leur mal en patience: «Le nombre d'hospitalisations pour la grippe est très élevé actuellement et ça ne diminuera pas tout de suite», prévoit-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer