Santé: les Québécois appuieraient de moins en moins la réforme

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les Québécois appuieraient de moins en moins le projet de réforme du système de la Santé proposé par le ministre Gaétan Barrette.

C'est notamment ce qui ressort d'un récent sondage réalisé par la firme Léger, à la demande de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), affiliée à la CSN.

Ainsi, seulement 19 % des répondants croient que le projet de loi 10 contribuerait à améliorer l'accès et la qualité des soins et des services à la population. Par opposition, près de la moitié des personnes sondées (49 %) pensent que l'objectif principal de cette réforme ne sera pas atteint.

Le projet de loi 10 vise à modifier l'organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux, notamment par l'abolition des agences régionales.

Selon le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley, l'accès aux services est l'enjeu majeur pour l'avenir de notre réseau public. Il croit que la population n'est pas dupe et comprend bien que cette réforme n'y parviendra pas.

M. Begley rappelle qu'en commission parlementaire, la quasi-totalité des groupes ont manifesté leur opposition à la création de mégastructures qui augmenteraient aussi les pouvoirs accordés au ministre de la Santé.

Les résultats de ce sondage démontrent que la population, qui était plutôt favorable après la présentation initiale du ministre Barrette, questionne de plus en plus des aspects fondamentaux de la réforme qui est sur la table.

Le président syndical est d'avis que le mouvement de l'opinion publique des dernières semaines explique l'empressement du gouvernement Couillard à vouloir faire adopter sa réforme.

La présente étude a été réalisée auprès de 1003 Québécois âgés de 18 ans. Les répondants ont été interrogés par Internet entre les 1er et 4 décembre. Puisqu'il ne s'agit pas d'un échantillon probabiliste, une marge d'erreur ne peut s'appliquer.

La Fédération de la santé et des services sociaux compte près de 130 000 membres dans les secteurs public et privé. Elle est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer