Exclusif

Arthur Porter a menti à son embauche au CUSM

Arthur Porter a été nommé à la barre... (PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Arthur Porter a été nommé à la barre du Centre universitaire de santé McGill au début de l'année 2004.

PHOTO RYAN REMIORZ, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a dix ans, c'est sur la base d'un curriculum vitae falsifié qu'Arthur Porter a été choisi pour diriger l'une des plus importantes institutions du réseau québécois de la santé, a appris La Presse.

L'information est confirmée par des documents judiciaires de l'escouade Marteau, le bras armé de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), qui n'avaient jamais été rendus publics et que nous avons pu retrouver au palais de justice de Montréal.

Arthur Porter a été recruté pour prendre la direction du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) au tout début de l'année 2004. Il était auparavant directeur d'un grand centre hospitalier à Detroit.

Dans le communiqué annonçant sa nomination, le CUSM vantait son imposant parcours scolaire: diplôme de médecine de l'Université Cambridge, maîtrise en sciences naturelles de la même université, maîtrise en administration des affaires de l'Université du Tennessee ainsi que deux certificats de management de la santé, de l'Université Harvard et de l'Université de Toronto.

Le diplôme de cette dernière institution était prétendument lié à un programme spécial pour les médecins cadres dans le secteur de la santé, appelé «Physicians Manager Program».

Le travail de gestionnaire de la santé d'Arthur Porter a été sévèrement critiqué, après qu'il eut quitté le CUSM en 2011. L'année suivante, un rapport gouvernemental déterminait que sa gestion a conduit le centre hospitalier à la ruine. «Ce n'était pas un administrateur de réseau de santé. Je ne peux pas le comparer aux pires: il n'en était pas un», avait déclaré l'auteur du rapport, le Dr Michel Baron.

Un programme inexistant

Quelques mois après la publication du rapport, la police a entrepris des vérifications sur les diplômes de Porter. Dans les documents obtenus par La Presse, le sergent-enquêteur Jean-Frédérick Gagnon explique avoir demandé de l'information au sujet du certificat de l'Université de Toronto.

L'université a répondu n'avoir aucune trace dans ses archives d'un étudiant nommé Arthur Porter. Pis, le «Physicians Manager Program» n'existait tout simplement pas. Il s'agissait d'une pure invention.

L'UPAC ne commente pas ses enquêtes en cours, et ses documents ne précisent pas si l'enquêteur a étendu la vérification à d'autres institutions. Il a toutefois affirmé à un juge qu'il croyait que le faux diplôme torontois pourrait mener à de nouvelles accusations de fabrication de faux et emploi de document contrefait contre Porter.

Le 5 mars 2014, la direction de l'université a confirmé par écrit que Porter avait menti.

Un CV de 40 pages

À l'époque du recrutement de Porter, le conseil d'administration du CUSM avait embauché la firme de chasseurs de têtes de renommée mondiale Egon Zender pour l'aider à chercher la perle rare partout sur le globe.

C'est cette firme qui devait vérifier la solidité des CV des candidats. Marc Normandin, associé montréalais au sein de la firme, se souvient que le CV de Porter faisait presque 40 pages.

«Nous, on vérifie un bac, une maîtrise, un doctorat, et tout ça a été validé. Mais ce à quoi vous faites référence, c'est un certificat. Pour nous, ça ne veut pas dire grand-chose. On ne vérifie pas les certificats», dit-il au sujet du faux diplôme.

«Ses réalisations professionnelles étaient beaucoup plus pertinentes que ce diplôme», ajoute-t-il.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer