• Accueil > 
  • Actualités > 
  • Santé 
  • > Les préposés d'une résidence ne pourront plus distribuer de médicaments 
Exclusif

Les préposés d'une résidence ne pourront plus distribuer de médicaments

Les préposés aux bénéficiaires du Manoir de la Seigneurie, ressource... (Photo Jean-Marie Villeneuve,archives le Soleil)

Agrandir

Photo Jean-Marie Villeneuve,archives le Soleil

Les préposés aux bénéficiaires du Manoir de la Seigneurie, ressource intermédiaire pour aînés de Saint-Jérôme, ne peuvent plus distribuer de médicaments aux patients même si la loi le leur permet, a appris La Presse. La semaine dernière, une préposée de l'établissement se serait trompée de dosette et aurait administré le mauvais médicament à une résidante, qui a dû être hospitalisée. Le centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Saint-Jérôme a aussitôt interdit aux préposés de distribuer tout médicament.

Sans donner trop de détails sur l'incident, la porte-parole de l'agence de la santé des Laurentides, Myriam Sabourin, confirme qu'un «événement désolant» s'est produit au Manoir de la Seigneurie.

«Il y a eu une erreur dans la médication qui a eu un impact sur une cliente», confirme la porte-parole du CSSS de Saint-Jérôme, Nathalie Nolin.

«Il y a beaucoup d'hospitalisations dans des ressources comme la nôtre. On ne peut pas dire si le cas dont vous me parlez est vraiment lié à une erreur dans la distribution de médicaments ou non», affirme pour sa part le directeur général du Manoir de la Seigneurie, Sylvain Roy, qui confirme toutefois que le CSSS a suspendu le droit des préposés de distribuer des médicaments.

Formation insuffisante

Pour le président du Syndicat québécois des employés de service (FTQ), Jean-Pierre Ouellet, le cas présent prouve que les exigences de formation dans les ressources intermédiaires (RI) pour aînés sont nettement insuffisantes. «On n'exige aucune formation des préposés à l'embauche. Les ressources intermédiaires accueillent des patients de plus en plus lourds. Mais on n'offre que très peu de formation aux préposés et on n'exige rien à ce niveau. Il faut que ça change», dit-il.

M. Ouellet se dit «inquiet pour le sort des aînés en ressources intermédiaires» et demande «une table de travail sur le sujet» au nouveau gouvernement.

Depuis quelques années, les préposés aux bénéficiaires engagés dans les résidences privées pour aînés doivent suivre des formations précises. «Mais il n'y a pas ce genre d'exigence en RI, alors que les patients sont plus lourds. Trouvez l'erreur», critique M. Ouellet, qui ne veut toutefois pas lancer la pierre à la préposée du Manoir de la Seigneurie qui a commis l'erreur. «Les préposés travaillent fort. On leur en demande beaucoup. Mais on ne leur donne pas la formation suffisante», dit-il.

Pour se conformer à la loi 90 qui autorise les préposés aux bénéficiaires à distribuer des médicaments aux patients, le Manoir de la Seigneurie, qui héberge 93 résidants âgés, a congédié une vingtaine de ses infirmières auxiliaires en avril.

Les soins infirmiers sont maintenant assumés par le CSSS. Les préposés aux bénéficiaires suivent des formations depuis quelques semaines pour prendre en charge la distribution de médicaments, mais on doit donner plus de formation. «La formation du personnel n'est pas finie», confirme M. Roy.

Une préposée aux bénéficiaires travaillant au Manoir de la Seigneurie depuis plusieurs mois indique être très stressée depuis qu'elle est obligée de distribuer les médicaments aux résidants. «On donne de l'insuline, des narcotiques... Nos résidants ont moins de soins. On a moins de temps pour eux», dit-elle.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer