Exclusif

Baisse inquiétante des stocks de Ritalin

Certains dosages de Ritalin sont actuellement en rupture de stock, laissant... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Photo: André Pichette, La Presse

Certains dosages de Ritalin sont actuellement en rupture de stock, laissant présager une pénurie dans les pharmacies. Une situation qui cause bien des maux de tête aux professionnels et inquiète les parents.

Le Ritalin est un médicament souvent prescrit dans le traitement du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH), particulièrement chez les enfants.

Or, le fabricant Novartis confirme une rupture d'approvisionnement en comprimés de 10 mg. «Nous sommes en pénurie temporaire [...] causée par une hausse inattendue de la demande en raison de l'indisponibilité de la version générique du médicament méthylphénidate», explique la responsable des communications chez Novartis, Andrea Gilpin, par voie de communiqué.

Pour les pharmaciens, il s'agit d'un véritable casse-tête. «Quand on parle de Ritalin, le dosage le plus utilisé est le 10 mg», explique la présidente de l'Ordre des pharmaciens du Québec, Diane Lamarre.

Même si certains grossistes ont toujours des dosages de 5 ou de 20 mg, il en reste peu. Il y a un effet en cascade à prévoir. «Si un dosage manque, on va prendre le double des doses, par exemple, et rapidement, on va diminuer les réserves prévues», illustre Mme Lamarre.

Pour le moment, l'information reste très parcellaire. Même l'OPQ a de la difficulté à avoir le portrait précis de la situation. Non seulement le médicament novateur manque, mais il semble que la plupart des génériques soient en rupture de stock également, du moins en doses de 10 mg.

«En ce qui concerne le médicament de 10 mg, tous les génériques sont en rupture de stock jusqu'à la mi-juin», indique ainsi Geneviève Grégoire, porte-parole du distributeur pharmaceutique McMahon.

Toutefois, en fin de journée hier, la Régie de l'assurance médicament du Québec n'avait pas été avisée d'une rupture de stock touchant les génériques.

Le Ritalin est un médicament de la grande famille du méthylphénidate. C'est un médicament à action rapide, généralement administré sous forme d'un comprimé deux fois par jour.

Depuis quelques années, ce sont toutefois les médicaments à libération prolongée, dont l'effet dure de 10 à 12 heures, qui gagnent en popularité. Il s'agit souvent du Biphentin et du Concerta, eux aussi des médicaments de la famille du méthylphénidate. Ils ne sont pas touchés par les problèmes d'approvisionnement actuels.

Reste que ces nouveaux médicaments, beaucoup plus chers que le Ritalin, ne conviennent pas à tous. Pour plusieurs, c'est le Ritalin qui demeure la meilleure solution et les problèmes d'approvisionnement sont préoccupants, explique Diane Lamarre.

«Ces types de médicaments sont ajustés sur mesure pour chaque patient», dit-elle. Certains enfants ont besoin de petites doses, d'autres tolèrent mal les médicaments à action prolongée qui peuvent parfois causer de l'insomnie ou de l'anorexie. «Quand on a trouvé la bonne formule, la bonne combinaison pour un enfant, on tient à y rester.»

Que faire en cas de pénurie?

Inutile de courir à la pharmacie pour se procurer des doses supplémentaires de Ritalin. Il s'agit d'un médicament contrôlé. Il n'est donc pas possible de se procurer des comprimés plusieurs semaines à l'avance ni d'en acheter dans une autre pharmacie que celle où est enregistrée l'ordonnance.

Le mieux est de s'informer auprès de son pharmacien ou de son médecin sur la marche à suivre. Selon le cas, les professionnels de la santé pourront décider de prescrire du 

5 mg et de doubler le nombre de comprimés ou, au contraire, de prescrire du 20 mg et de couper les comprimés.

D'autres pourraient décider de modifier le traitement et opter pour une action longue durée avec du Concerta ou du Biphentin.

Dans tous les cas, le médecin doit toutefois autoriser par écrit le pharmacien à faire la substitution.

Il faut toutefois savoir que les médicaments à libération prolongée coûtent plus cher que le Ritalin à action immédiate. Il est donc possible que les patients doivent débourser un certain montant de leurs poches, même si le médicament est remboursé par le régime public d'assurance médicament.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer