Personnalités La Presse



Dr Léo Lasalle

Partager

 

Martin Beauséjour, collaboration spéciale
La Presse

Le Dr Léo Lasalle a remporté, le mois dernier, le prix du bénévole de l'année au concours Gens de coeur. Au fil des ans, le médecin est devenu expert dans le traitement des victimes de brûlures graves. Par le truchement de l'organisme Entraide grands brûlés, il se consacre aussi bénévolement au soutien et au mieux-être de ses patients. Saluant le parcours d'un homme généreux et dévoué, La Presse et Radio-Canada le nomment Personnalité de la semaine.

Le Dr Lasalle éprouve un véritable amour pour les Îles-de-la-Madeleine. C'est dans ce coin de paradis que le diplômé de l'Université de Sherbrooke a passé ses premières années de pratique, dans les années 70. À cette époque, les régions étaient mal servies, et le jeune médecin généraliste devait porter plusieurs casquettes. Dans une journée, il pouvait mettre au monde un enfant, stopper une hémorragie interne chez une vache et soulager une rage de dents. Léo Lasalle se souvient même d'un patient qui avait tenté de s'enlever la vie en s'ouvrant le ventre. Loin d'être chirurgien, il avait dû lui recoudre l'intestin en suivant les étapes dans un livre.  

Ces années lui ont laissé une impression de pur bonheur, un souvenir indélébile. «Si je suis l'homme que je suis aujourd'hui, c'est grâce aux Îles. Les Madelinots m'ont appris à vivre. Leur honnêteté, leur vérité, la reconnaissance qu'ils ont pour ceux qui les aident; tout ça m'a profondément marqué.» Bien que divorcé depuis, c'est dans cette communauté qu'il a trouvé l'amour et qu'il a mis ses propres enfants au monde.  

La petite famille s'est ensuite installée à Verdun, la ville où l'on trouve le plus grand nombre de Madelinots à l'extérieur des Îles. Le médecin a ouvert son cabinet et commencé aussi à travailler à l'hôpital Villa Medica, centre spécialisé en réadaptation. Il a été président du Conseil des médecins et pharmaciens de cet établissement pendant plus de 10 ans.  

Puis, en 1994, il a cofondé le Théâtre aphasique. L'organisme, qui célèbre ses 20 ans cette année, utilise l'art dramatique et le chant choral pour redonner la parole aux victimes d'aphasie, conséquence de l'AVC qui diminue la capacité de communiquer.  

Pour cet homme timide qui rêvait de devenir comédien, la mise sur pied de ce théâtre reste un moment fort de sa carrière. «Ce projet de l'orthophoniste Anne-Marie Théroux a fait tellement de bien depuis sa création! Voilà la preuve qu'on peut faire de la réadaptation autrement.» Maintes fois récompensé, le Théâtre aphasique compte maintenant quatre troupes qui se produisent un peu partout dans le monde.  

Les grands brûlés

C'est à cette époque qu'il voit ses premiers patients victimes de brûlures graves. À force de les traiter, des liens forts se tissent entre le médecin et ces patients souvent marqués à tout jamais. En 2002, le Dr Lasalle siège à un comité chargé d'évaluer la mise sur pied d'un programme provincial de traitement des victimes de brûlures graves. Résultat: deux centres d'expertise seront créés.  

À la même époque, il fonde avec deux patientes l'organisme Entraide grands brûlés, qui accompagne les victimes et leurs proches. «Notre devise est «Après survivre, revivre». Outre les cicatrices, les victimes de graves brûlures doivent aussi relever d'importants défis. Elles sont parfois défigurées, ont perdu leur maison. Certaines n'ont pas d'assurance. Il y a parmi elles des accidentés de la route, mais aussi plusieurs patients aux prises avec des problèmes de pauvreté, de toxicomanie, de criminalité ou de maladie mentale.»

Cueillette de pommes, cabane à sucre, barbecue, la petite équipe s'efforce de mettre sur pied plusieurs activités sociales pour les grands brûlés. Grâce aux efforts du médecin, plusieurs jeunes iront cet été au Connecticut, dans une colonie de vacances exclusivement réservée aux victimes de graves brûlures. «Les jeunes aiment bien se retrouver entre eux, ils peuvent s'amuser sans se soucier du regard des autres et échanger sur leur condition. Juste se mettre en maillot de bain est souvent un défi pour eux.»

Comme seulement 10% du budget total provient du gouvernement et des grands organismes caritatifs, Entraide grands brûlés est constamment en recherche de fonds. Le Doc Lasalle, comme ses patients l'appellent, consacre une trentaine d'heures par semaine à l'organisme, et ce, sans compter les 55 heures de consultation et de garde hebdomadaires.

Soyons honnêtes, la cause des grands brûlés n'est pas aussi populaire que le cancer du sein. Nous cherchons constamment des fonds», dit-il. Un spectacle-bénéfice aura lieu le 29 mai au théâtre Saint-Denis. Moitié humour, moitié chanson, il réunira plusieurs artistes dont Patrick Groulx, Jean-Michel Anctil, Mario Pelchat et Marc Hervieux.  

Décidément, le Dr Léo Lasalle mérite pleinement le titre de bénévole de l'année. «Ce prix me fait plaisir, mais je soupçonne les gens des Îles-de-la-Madeleine d'avoir voté massivement!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer