Gilles Vaillancourt libéré sous conditions

Partager

«À partir de maintenant, je vais mettre mes énergies à préparer ma défense et prouver mon innocence.» Voilà ce qu'a déclaré l'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt, en affichant un sourire crispé, au sortir du palais de justice de la ville qu'il a dirigée pendant plus de 20 ans. Il venait d'y être accusé d'avoir dirigé une organisation criminelle, puis libéré en attente de son procès contre un engagement de 150 000$.

Accusé d'avoir dirigé une organisation criminelle, l'ex-maire de Laval, Gilles Vaillancourt, a été libéré en attente de son procès contre un engagement de 150 000$. Il n'aura toutefois pas à débourser cette somme, puisqu'il s'agit d'un engagement. En clair, il doit respecter des conditions, faute de quoi il devra payer.

Scénario identique pour Claude Asselin et Claude Deguise, dont les engagements sont toutefois moindres: 100 000 $ et 75 000 $ respectivement.

Les trois hommes, accusés de gangstérisme surtout mais aussi de complot, de fraude, d'abus de confiance et de corruption, ont fait leur entrée peu avant 16h dans le box des accusés d'une salle du palais de justice de Laval. Menottes aux poignets, l'ex-maire n'arborait plus le sourire qu'il avait ce matin lors de son arrivée au quartier général de la Sûreté du Québec.

Procureure aux poursuites criminelles et pénales, Me Mylène Grégoire ne s'est pas opposée à la mise en liberté des trois hommes. Ils devront respecter les conditions usuelles: garder la paix, ne pas communiquer avec les autres accusés ou prévenus, et remettre à la police leur passeport et les armes qu'ils pourraient avoir en leur possession.

«Je n'ai même pas un pistolet à eau», a blagué l'ex-maire.

Au sortir de la salle, Me Grégoire s'est dite satisfaite des garanties fournies par les accusés pour expliquer qu'elle ait consenti à leur libération malgré la gravité des accusations dont ils font l'objet, souvent réservées à des mafiosi ou à des motards.

Fait inusité, en début de comparution, la juge Lise Gaboury s'est récusée.

«Je ne suis pas de Laval, je n'ai jamais eu affaire à M. Vaillancourt, mais je déclare que je le connais par des membres de sa famille et que nous avons des amis communs. Je dois donc me récuser», a annoncé la juge.

Comme la libération des accusés n'était pas contestée, elle a présidé la comparution tout de même, mais le juge Gilles Garneau prendra sa relève pour la suite du processus.

En plus des trois coaccusés, 34 autres personnes ont été arrêtées par les policiers de l'UPAC au cours d'une vaste opération baptisée Honorer.

________________________________________________

Les chefs d'accusation

Fraude, fraude envers le gouvernement, complot, abus de confiance, corruption dans les affaires municipales, recyclage des produits de la criminalité et gangstérisme.

________________________________________________

Liste des personnes visées par les chefs d'accusation

Gilles Vaillancourt, Claude Asselin, Claude Deguise, Robert Talbot, Pierre L. Lambert, Jean Bertrand, Jean Gauthier, Guy Vaillancourt, Serge Duplessis, Laval Gagnon, Yanick Bouchard, François Perreault, Alain Filiatreault, Jocelyn Dufresne, Valmont Nadon, Antonio Accurso, Joseph Molluso, Ronnie Mergl, Anthony Mergl, Marc Lefrançois, Giuliano Giuliani, Patrick Lavallée, Louis Farley, Guy Jobin, Robert Cloutier, Mike Mergl, Guy Desjardins, Claude Desjardins, Lyan Lavallée, Mario Desrochers, Luc Lemay, Léonardo Moscato, Carl Ladouceur, Normand Bédard, Yves Théberge, Rosaire Sauriol et Daniel Lavallée.

________________________________________________

Arrivée au palais de justice de Laval du... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Arrivée au palais de justice de Laval du fourgon de la SQ transportant Gilles Vaillancourt.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Tous les prévenus seront accusés de fraude contre le gouvernement, de complot, d'abus de confiance, de corruption dans les affaires municipales et de recyclage des produits de la criminalité.

Gilles Vaillancourt a été arrêté chez lui, dans une imposante tour d'habitation de l'île Paton, vers 6h. Il a quitté les lieux à 7h10, assis à l'arrière d'une Chevrolet Impala blanche et accompagné de trois policiers, en direction du quartier général de la Sûreté du Québec à Montréal. Il n'était pas menotté et affichait même un sourire lors de son arrivée.

En plus du maire déchu, des deux ex-hauts fonctionnaires et de l'ex-représentant accrédité du défunt parti PRO des Lavallois, Me Jean Bertrand, l'UPAC a arrêté de nombreux entrepreneurs et responsables de firmes de génie. Parmi ces derniers, Rosaire Sauriol, ex-vice-président de la firme de génie Dessau, qui a démissionné après son passage devant la commission Charbonneau, et François Perreault, ancien vice-président de Génivar.

Parmi les entrepreneurs, notons Tony Accurso, Marc Lefrançois, de Poly-Excavation, Valmont Nadon, Jocelyn Dufresne, Giuliano Giuliani et plusieurs membres de la famille Mergl, dont le patriarche, Anthony. Celui-ci habite le même immeuble que Gilles Vaillancourt. Sa voiture a quitté l'île Paton en même temps celle de l'ex-maire.

Mergl est le dirigeant de la firme Nepcon et le beau-frère du conseiller municipal Jean-Jacques Beldié, ex-président du conseil d'administration de la Société de transport de Laval. Des firmes dirigées par des membres de la famille Mergl ont obtenu de lucratifs contrats de la STL sous sa présidence.

Quant à Marc Lefrançois, de Poly-Excavation, il avait été conduit au quartier général de la SQ lors de l'une des perquisitions menées par l'UPAC dans son enquête sur le système de Laval, mais il n'avait pas été arrêté. Son père, Léo Lefrançois, de son vivant, était un partenaire d'affaires de Gilles Vaillancourt. Tous les deux étaient actionnaires de Parc domiciliaire Boisbriand. En 2010, Gilles Vaillancourt avait assuré à La Presse qu'il avait vendu ses actions en 2001 et ne savait plus qui en étaient les dirigeants.

Longue enquête

Le «système Laval» était un secret de polichinelle ; il restait à savoir quand il serait décapité.

Le dossier monté par les enquêteurs de l'escouade Marteau était depuis quelques semaines déjà entre les mains du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales pour qu'il y donne le feu vert.

Cette opération, inédite par son ampleur, a été précédée d'une vague de perquisitions aussi extraordinaire. En conférence de presse, ce matin, le grand patron de l'UPAC Robert Lafrenière a précisé en conférence de presse que les enquêteurs avaient procédé à 70 perquisitions et interrogé 150 personnes.

Les perquisitions se sont succédé durant trois mois, d'octobre à décembre derniers, ce qui donnait déjà un bon aperçu de la portée de cette enquête.

Elles visaient à la fois l'appareil administratif et politique de Laval, l'ex-maire lui-même, son entourage et son parti, de même que les bureaux de génie-conseil comme Aecom, Dessau, Genivar et Cima +, qui se sont au fil des années partagé plusieurs contrats dans l'île Jésus.

De nombreuses entreprises de construction avaient aussi été visées.

Les policiers de l'UPAC avaient ouvert le bal dès le 5 octobre en frappant simultanément dans différents bureaux de l'hôtel de ville (ingénierie, informatique, etc.) ainsi qu'au domicile de Gilles Vaillancourt. Des micros auraient aussi été cachés à cette occasion.

M. Lafrenière a affirmé aujourd'hui que ses enquêteurs disposent de 30 000 conversations enregistrées à l'insu des protagonistes du système de collusion de Laval.

Les policiers se sont aussi présentés chez la cousine de l'ex-maire, dans la luxueuse tour du 4500, rue des Cageux où elle habitait. Ils souhaitaient accéder à un local de rangement ainsi qu'à un appartement-terrasse où Gilles Vaillancourt s'apprêtait à emménager.

Les enquêteurs se sont intéressés par la suite aux coffrets bancaires détenus notamment par Gilles Vaillancourt, et dans lesquels ils ont trouvé entre autres choses 100 000 $ en espèces.

Selon Robert Lafrenière, ses agents ont saisi en tout une somme de 480 000 $, mais il n'a pas dévoilé comment elle était répartie entre les suspects.

Maire de Laval depuis 1989, Gilles Vaillancourt a démissionné le 9 novembre 2012. Un mois plus tard, Alexandre Duplessis, son successeur, a à son tour reçu la visite des enquêteurs, venus saisir le contenu de l'ordinateur de sa secrétaire.

Robert Lafrenière affirme que l'enquête n'est pas close pour autant: «L'opération d'aujourd'hui démontre l'ampleur du système auquel nous faisons face. L'enquête se poursuit et d'autres arrestations pourraient survenir», a-t-il conclu.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer