Laïcité: Lisée en «désaccord total» avec Coderre

Le chef du Parti québécois, Jean-Francois Lisée.... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Le chef du Parti québécois, Jean-Francois Lisée.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Montréal, Denis Coderre, tente «d'utiliser le statut de la métropole pour (se) soustraire aux lois de l'Assemblée nationale», ce qui fait craindre une «dérive malsaine», accuse le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Dans une lettre ouverte publiée sur Facebook jeudi et intitulée «Montréal fait partie du Québec», le leader péquiste reproche à M. Coderre sa sortie au sujet du projet de loi sur la neutralité religieuse de l'État, mercredi.

Le maire s'oppose à ce que législation s'applique à Montréal, plaidant que la métropole «est autonome et a sa gouvernance». Il rappelle que le gouvernement Couillard a promis d'accorder plus d'autonomie à la Ville - un projet de loi en ce sens a déjà été déposé - et de la consulter avant l'adoption de toute loi. Le projet de loi 62 risque de forcer la métropole à refuser des services aux citoyens, selon lui. Il fait allusion à la disposition visant à faire en sorte que les services publics soient donnés et reçus «à visage découvert».

Jean-François Lisée se dit «partisan d'une réelle décentralisation des pouvoirs et d'un statut pour la métropole», mais il croit que le maire va trop loin. «Je dois (...) exprimer mon désaccord total avec votre tentative d'utiliser le statut de la métropole pour vous soustraire aux lois de l'Assemblée nationale portant sur la laïcité et le vivre-ensemble. Monsieur le maire, Montréal fait partie du Québec. Les Montréalais sont membres de la nation québécoise», écrit M. Lisée, dont le parti est par ailleurs insatisfait du projet de loi 62 du gouvernement Couillard.

«Vos déclarations de cette semaine font craindre une dérive malsaine, ajoute-t-il. Souhaiterez-vous demain soustraire Montréal de certaines dispositions actuelles ou futures de la loi 101? Du Code du travail? Du Code criminel?»

Les arguments du maire sur «l'inapplicabilité» de certaines dispositions du projet de loi sont «valides», et seront soulevés par l'opposition au parlement. «Mais les décisions concernant l'avenir de la nation sont prises à l'Assemblée nationale. Montréal a droit au respect. L'Assemblée nationale aussi», soutient-il.

Le maire Coderre avait également critiqué le projet de charte des valeurs du gouvernement Marois.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer