Legault se prépare pour des élections anticipées

«Je ne fais aucune confiance au gouvernement libéral,... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

«Je ne fais aucune confiance au gouvernement libéral, puis à Philippe Couillard quand il nous dit que ça [les prochaines élections] sera le 1er octobre 2018. Je veux faire face à toutes les possibilités», a dit le chef de la CAQ, François Legault lors d'une conférence de presse portant sur le bilan de la session parlementaire qui prend fin vendredi.

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le gouvernement Couillard « va essayer d'ouvrir une fenêtre » pour déclencher des élections anticipées, soupçonne François Legault. Le chef caquiste s'y prépare.

« J'ai demandé à toute mon équipe, incluant Brigitte Legault à l'organisation, d'être prête pour le 15 août. Donc, les autobus, les pancartes, les candidats, etc. J'ai commencé à avoir des réunions pour la plateforme électorale, le cadre financier. Moi, je veux être prêt pour le 15 août », a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse portant sur le bilan de la session parlementaire qui prend fin vendredi.

Il n'a pas voulu s'avancer sur les probabilités d'un déclenchement d'élections anticipées. « Je pense que le Parti libéral va essayer d'ouvrir une fenêtre », a-t-il dit. « Évidemment, actuellement, ça ne va pas bien pour eux autres. Si ça va mieux dans deux mois, dans six mois, moi, je n'exclus rien. »

En vertu de la loi sur les élections à date fixe adoptée par le gouvernement Marois, le prochain scrutin est prévu le 1er octobre 2018. « Je ne fais aucune confiance au gouvernement libéral, puis à Philippe Couillard quand il nous dit que ça sera le 1er octobre 2018. Je veux faire face à toutes les possibilités. »

En 2012, Jean Charest avait déclenché des élections en été, plus tôt que ce à quoi on s'attendait, a-t-il rappelé.

Lors de sa conférence de presse, M. Legault a fait allusion une seule fois au Parti québécois. « Je considère que j'ai juste un adversaire, le Parti libéral », a-t-il expliqué.

François Legault a déclaré que c'est pour mettre en valeur son équipe qu'il s'est fait moins présent au cours des derniers mois. « Il y a des gens malheureusement qui ont dit que la CAQ n'avait pas une équipe. On le dit de moins en moins », a-t-il soutenu. « Vous allez continuer de me voir parfois absent à l'Assemblée nationale parce que je veux être sur le terrain. »

Il a rappelé divers engagements de son parti, dont celui de réduire le fardeau fiscal de la classe moyenne. La baisse d'impôt de 500 $ serait financée « à court terme » en utilisant les surplus budgétaires actuellement envoyés au Fonds des générations, qui sert à réduire le poids de la dette. Puis, « à moyen terme », une augmentation des revenus liée à la croissance économique et une réduction par attrition du contingent de 200 000 fonctionnaires « qui travaille dans la bureaucratie » permettraient « de remettre de l'argent dans le portefeuille des familles ». « Je veux être très, très clair : il n'y aura avec un gouvernement de la CAQ, aucune, aucune réduction de services en santé et en éducation à la population », a-t-il déclaré.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer