Exclusif

Train électrique: le BAPE jette une douche froide sur le projet de la Caisse

Le Réseau électrique métropolitain (REM) est un projet... (IMAGE FOURNIE PAR CDPQ INFRA)

Agrandir

Le Réseau électrique métropolitain (REM) est un projet de train léger électrique proposé par la Caisse de dépôt et placement du Québec et sa filiale, CDPQ Infra, dont le cout est estimé à 5,5 milliards.

IMAGE FOURNIE PAR CDPQ INFRA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement va jeter une douche froide sur le gouvernement Couillard et la Caisse de dépôt et placement. Dans un rapport qui sera rendu public aujourd'hui en fin de journée, le BAPE conclut qu'il ne peut donner un avis favorable pour la mise en place du Réseau électrique métropolitain (REM), le superprojet de train électrique de 5,5 milliards de dollars.

Le processus d'examen accéléré imposé par l'échéancier que s'est donné la Caisse de dépôt a empêché d'obtenir des réponses à plusieurs questions, observe l'organisme consultatif selon les informations colligées par La Presse. Ce processus a été comprimé en six semaines d'audiences amorcées à la fin de l'été - par comparaison, le BAPE s'est penché pendant 18 mois sur le projet du nouvel échangeur Turcot. La période allouée aux intervenants pour préparer leur mémoire a aussi été réduite à 30 jours au lieu des 45 habituels. La Caisse avait également télescopé ses estimations sur l'impact environnemental de son projet.

Irritant profondément le gouvernement et la Caisse, le BAPE soulève des questions sur la pertinence du projet, en termes d'achalandage et de rentabilité, des enjeux qui débordent largement le mandat environnemental de l'organisme. Mais ce n'est pas la première fois que le BAPE élargit son champ d'analyse au nom de «l'acceptabilité sociale» d'un projet.

L'étude du BAPE est «un passage obligé» pour que le Conseil des ministres donne le feu vert au projet, mais l'organisme reste uniquement consultatif; le gouvernement peut aller de l'avant sans l'aval du bureau.

Déjà, lors des audiences publiques, les représentants de la Caisse s'étaient clairement montrés agacés par l'intérêt des commissaires sur des questions comme l'achalandage et la rentabilité du réseau à venir. Ce mécontentement a été communiqué à tout le gouvernement lors des débreffages réguliers sur le cheminement des audiences publiques. Le rapport pose une série de questions restées sans réponse sur ces sujets, un silence qui justifie son absence de conclusion, indique-t-on. Durant les audiences, les questions sur le rendement pour les déposants de la Caisse et l'achalandage estimé n'avaient pas obtenu de réponses claires.

«Le BAPE n'émet pas un avis favorable, mais n'est pas opposé au projet», insiste-t-on au gouvernement, où l'on qualifie du même souffle le verdict «d'idéologique». 

Le début des travaux retardé?

L'absence d'un feu vert formel est une mauvaise nouvelle pour un projet dont l'échéancier était déjà comprimé à la limite. Les consortiums susceptibles d'exécuter le projet devaient soumettre leur proposition ce printemps. Or, il est acquis à l'interne qu'ils demanderont plus de temps compte tenu de l'importance du chantier et des enjeux techniques de certaines stations.

Dans son échéancier serré, la Caisse pensait pouvoir entreprendre les travaux avant la fin de 2017, une cible qui paraît compromise avec les nouvelles embûches soulevées par le BAPE.

CDPQ Infra, créée l'an dernier, projette de construire et d'exploiter un réseau de train électrique de 24 stations et de 67 kilomètres de long qui reliera le centre-ville de la métropole à la Rive-Sud, à la banlieue nord, à l'aéroport international Trudeau et aux municipalités de l'ouest de l'île de Montréal. La filiale de la Caisse prévoit que, dès sa mise en service, prévue à la fin de 2020, le futur REM pourrait transporter jusqu'à 150 000 usagers par jour.

Le BAPE lève aussi un drapeau rouge pour la station du REM qui devait être construite à Brossard, près du complexe DIX30. La station prévue serait placée au mauvais endroit et accapare trop d'espace - une trentaine d'hectares -, de l'avis du BAPE. 

La question des terres agricoles n'est quant à elle pas insoluble - d'autres superficies du secteur peuvent être zonées pour compenser les terres récupérées. Mais à Québec, on peste devant la décision de protéger des terres qui, bien que définies comme agricoles, ne sont pas mises en valeur depuis 30 ans et qui appartiennent à des promoteurs, et non à des agriculteurs.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer