Bernard Drainville quitte la vie politique

Bernard Drainville remplacera l'ex-ministre Nathalie Normandeau au FM93.... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Bernard Drainville remplacera l'ex-ministre Nathalie Normandeau au FM93.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député et leader parlementaire péquiste Bernard Drainville quitte la vie politique pour coanimer une émission de radio au FM93, à Québec.

L'ancien reporter de Radio-Canada y remplacera Nathalie Normandeau, l'ex-ministre libérale arrêtée par l'UPAC en mars dernier et accusée dans une affaire de complot, de corruption, de fraude et d'abus de confiance. Son salaire se situait entre 165 000 $ et 175 000 $ par année, a-t-on appris dans sa poursuite contre Cogeco.

Bernard Drainville, qui habite dans la région de Québec, annoncera sa démission de l'Assemblée nationale mardi, dans sa circonscription de Marie-Victorin, à Longueuil.

Son départ cause la surprise dans les rangs péquistes. Plusieurs sources ont fait valoir que M. Drainville paraissait comblé par ses fonctions de leader parlementaire. Mais le principal intéressé a confié récemment à des proches qu'il s'attendait à perdre son poste après l'élection du chef, le 7 octobre. Le nouveau patron voudra confier à un fidèle supporter cette fonction prestigieuse, a-t-il dit en substance.

Bernard Drainville en sait quelque chose: il était lui-même devenu leader parlementaire quelques mois après la victoire de Pierre Karl Péladeau, à qui il s'était rallié durant la course à la direction. M. Péladeau avait éjecté de ce poste Stéphane Bédard, qui était tenu à la neutralité durant la campagne au leadership en raison de ses fonctions de chef intérimaire. M. Bédard a démissionné en octobre dernier. Et M. Péladeau a quitté la vie politique lui aussi, début mai.

Bernard Drainville avait renoncé à briguer la succession de M. Péladeau, à la satisfaction de sa conjointe Martine Forand. « Mon amoureux ne sera pas candidat à la course à la chefferie du Parti québécois. Je sais qu'il le fait beaucoup, beaucoup pour nos 3 enfants et beaucoup, beaucoup pour moi. Merci mon amour, quelle belle preuve d'amour », écrivait-elle sur Facebook.

Bernard Drainville est le onzième député et le cinquième péquiste à démissionner depuis les élections générales, il y a deux ans.

Le gouvernement Couillard devra déclencher deux élections partielles au cours des prochains mois, dans Saint-Jérôme (la circonscription que détenait M. Péladeau) et Marie-Victorin. Une élection coûte environ 600 000 $.

Pendant son passage en politique, Bernard Drainville avait été dur envers les députés qui quittent leurs fonctions avant terme. « Un élu qui choisit de son plein gré de démissionner en cours de mandat ne respecte pas le contrat moral qu'il a pris avec ses électeurs », disait-il en 2013, alors qu'il était ministre sous le gouvernement Marois. Il voulait alors abolir les indemnités de départ pour les élus démissionnaires, une mesure qui fut finalement adoptée sous le gouvernement Couillard à la fin de l'année dernière. Il déplorait également que les contribuables aient à payer pour la tenue d'une élection partielle.

La vie politique de Bernard Drainville en cinq dates

2006

Bernard Drainville travaille depuis 15 ans pour Radio-Canada lorsqu'il devient correspondant parlementaire et chef de bureau à Québec.

2007

Il devient candidat pour le Parti québécois. Au moment même où il a des discussions avec André Boisclair pour faire le saut en politique, il réalise une entrevue avec lui pour Radio-Canada. « Il faut que tu sois bon », dit-il alors au chef péquiste, hors d'ondes. L'affaire soulève la polémique. M. Drainville est élu pour la première fois dans Marie-Victorin, aux élections générales du 26 mars.

2012

Avec la prise de pouvoir du Parti québécois, Pauline Marois le nomme ministre responsable des Institutions démocratiques et de la Participation citoyenne. Il fait adopter des lois majeures. L'une abaisse le plafond des contributions politiques de 1000 $ à 100 $ par électeur. Une autre institue les élections à date fixe. M. Drainville présente également un projet controversé de charte des valeurs. Il dépose un projet de loi afin d'éliminer les indemnités de départ pour les députés qui démissionnent en cours de mandat. Ce projet meurt au feuilleton, mais une autre loi en ce sens est déposée et adoptée sous le gouvernement Couillard, à la fin 2015.

2014

Bernard Drainville brigue la direction du Parti québécois à la suite de la défaite péquiste aux élections générales et du départ de Pauline Marois. Il abandonne la course au début de 2015 et se rallie à Pierre Karl Péladeau.

2015

Pierre Karl Péladeau choisit Bernard Drainville comme leader parlementaire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer