Exclusif

La renaissance du NPD-Québec gagne des appuis

Le nom de Thomas Mulcair pourrait rapidement apparaître... (Photo David Boily, archives La Presse)

Agrandir

Le nom de Thomas Mulcair pourrait rapidement apparaître sur l'écran radar comme chef potentiel pour le NPD-Québec, convient-on chez les militants.

Photo David Boily, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La mise sur pied du Nouveau Parti démocratique du Québec avance bon train, a appris La Presse. Trois ex-députés de la « vague orange » confirment leur appui à la création d'une aile provinciale du parti orange, dans l'espoir de présenter des candidats dès l'élection de 2018.

Le sort de Thomas Mulcair - qui a perdu un vote de confiance de ses militants dimanche - monopolise les discussions au sein du parti fédéral depuis plusieurs mois. Mais au même moment, un petit groupe de militants s'activait dans l'espoir de lancer le parti orange en politique provinciale.

Des rencontres ont été organisées à Québec et dans l'ouest de l'île de Montréal pour tâter le pouls des militants. Plusieurs autres sont prévues dans les prochaines semaines. Dans les rangs néo-démocrates, on croit que l'impopularité des mesures d'austérité du Parti libéral et l'essoufflement de l'option souverainiste créent des conditions favorables au lancement d'un NPD-Québec.

« Quand on regarde l'offre politique, il manque clairement un parti fédéraliste de gauche », déclare Isabelle Morin, qui a été députée de Notre-Dame-de-Grâce-Lachine de 2011 à 2015.

Elle dit avoir un « intérêt certain » pour la création d'un NPD-Québec, une idée qui a fréquemment été abordée par ses électeurs.

Son point de vue est partagé par plusieurs autres anciens élus et par un nombre grandissant de militants, assurent des néo-démocrates contactés par La Presse.

Certains avancent même que le NPD-Québec pourrait présenter des candidats aussi tôt qu'aux élections provinciales prévues pour 2018.

«On ne formera peut-être pas le gouvernement dès la première année, mais je suis confiant qu'on peut faire élire quelques députés.»

François Pilon
Député de Laval-Les Îles jusqu'aux élections d'octobre dernier

Il est trop tôt pour discuter de l'identité d'un éventuel chef du NPD-Québec, puisque l'organisation n'en est encore qu'à ses balbutiements. Certains noms ont été évoqués lors de discussions entre militants - Élaine Michaud, Alexandre Boulerice, Raymond Côté -, mais personne n'a été sondé, et personne n'a manifesté son intérêt.

N'empêche, le nom de Thomas Mulcair pourrait rapidement apparaître sur l'écran radar, convient-on. Le député d'Outremont, qui a fait ses premiers pas en politique à l'Assemblée nationale, s'est fait montrer la porte par les militants du NPD ce week-end.

« C'est certain qu'à date, de tous ceux que j'ai envisagés comme chef du parti, ce serait le mieux placé », convient François Pilon.

INACTIF

Le NPD-Québec est officiellement enregistré auprès du Directeur général des élections depuis 2011, mais il était inactif jusqu'ici. Il est officiellement dirigé par le militant Pierre Ducasse.

En entrevue, M. Ducasse affirme que les efforts pour mesurer la faisabilité d'un NPD-Québec « vont s'amplifier » au cours des prochains mois. Mais il n'est pas question de faire le saut officiel tant qu'il n'a pas la certitude que le parti peut recueillir assez de dons et recruter assez de militants pour se tailler une place sur l'échiquier politique provincial.

« Nous savons qu'il y a de l'intérêt, convient-il. Mais y a-t-il suffisamment d'intérêt pour justifier les efforts de lancer un nouveau parti politique ? C'est ce que nous voulons mesurer dans les prochains mois. Pour ma part, je ne sous-estime pas l'ampleur de la tâche. »

Mais certains sont beaucoup plus enthousiastes. Pierre Dionne-Labelle, ancien député de Rivière-du-Nord, espère que les militants s'entendront pour lancer le parti d'ici le début de l'été.

« Il y a une urgence d'agir si on veut être en mesure d'être présents dans le débat politique lors de la prochaine élection », affirme-t-il.

Certains craignent toutefois que l'expulsion de Thomas Mulcair ne puisse compliquer la réflexion. Si le parti fédéral est plongé dans une course à la direction, il est possible que des militants aient moins de temps - et d'argent - à consacrer à un NPD-Québec.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer