Allégations de Val-d'Or: Couillard prêt à rencontrer les chefs autochtones

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le premier ministre Philippe Couillard rencontrera les chefs autochtones la semaine prochaine relativement aux allégations impliquant des agents de la Sûreté du Québec (SQ) à Val-d'Or.

M. Couillard a répondu positivement aux représentants de l'Association des Premières Nations du Québec et du Labrador (APNQL) et du Grand conseil des Cris, après avoir reçu une invitation formelle à les rencontrer.

« J'ai contacté le chef Picard et le grand chef Coon Come, a-t-il écrit sur son fil Twitter. Nous tiendrons une rencontre avec les chefs le 4 novembre prochain. »

Mardi, le chef de l'APNQL, Ghislain Picard, avait lancé un ultimatum de 24 h au premier ministre afin qu'il les rencontre à Val-d'Or, où des femmes autochtones disent avoir été victimes d'agressions physiques et sexuelles de la part d'agents de la SQ.

Mercredi, M. Picard l'a plutôt invité à participer à une rencontre des chefs autochtones déjà prévue à Montréal mercredi prochain.

En recevant l'invitation formelle, M. Couillard a constaté un changement de ton comparativement aux déclarations de M. Picard la veille.

« J'ai reçu la lettre du chef Picard, a-t-il écrit sur son microblogue. Je suis heureux de constater que nous revenons à un ton de collaboration et de respect mutuel. »

Le gouvernement est sur la défensive depuis la diffusion d'un reportage de l'émission Enquête de Radio-Canada exposant les allégations de femmes autochtones de Val-d'Or qui disent avoir été victimes d'agressions physiques et sexuelles de la part de policiers de la SQ.

Les partis de l'opposition réclament que l'enquête soit confiée au Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) au lieu du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), qui l'a obtenue la semaine dernière après qu'elle eut d'abord été donnée à la SQ.

En chambre, mercredi, M. Couillard a répété qu'il est important d'attendre que le gouvernement fédéral mandate une commission d'enquête sur la situation des autochtones avant de décider quelle formule le Québec pourrait choisir.

« Nous allons voir le mandat, la composition de cette enquête et, bien sûr, juger, s'il y a lieu, d'ajouter un processus public au Québec en parallèle, d'une façon complémentaire », a-t-il dit.

Le chef péquiste Pierre Karl Péladeau a quant à lui affirmé que l'inaction de M. Couillard est responsable de la situation de crise à Val-d'Or.

« Le premier ministre doit se rendre compte que nous vivons une crise et qu'il doit, comme chef de l'État, trouver les moyens nécessaires pour la résoudre », a-t-il dit en point de presse.

M. Péladeau a notamment fait valoir que les deux tiers des policiers de la SQ à Val-d'Or sont en congé de maladie et que les initiatives du gouvernement sont jusqu'ici insuffisantes.

« J'ose espérer qu'il va effectivement déployer des efforts, les énergies nécessaires pour trouver une solution à la crise parce que nous avons une crise actuellement », a-t-il dit.

Confronté aux questions sur le délai du gouvernement avant la suspension des policiers impliqués et la décision de mandater le SPVM au lieu de la SQ, le ministre des Affaires autochtones, Geoffrey Kelley, a répété que l'urgence de la situation n'est apparue que la semaine dernière au moment de la diffusion du reportage de Radio-Canada.

M. Kelley a déclaré en point de presse qu'une lettre de la directrice du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or, réclamant des mesures pour empêcher des représailles contre les Autochtones qui disent avoir subi des mauvais traitements, avait été suivie d'une rencontre avec elle l'été dernier.

La directrice générale Édith Cloutier n'a rien dit qui aurait permis aux représentants du Secrétariat aux Affaires autochtones (SAA) de comprendre qu'une intervention était urgente, a indiqué le ministre.

« C'est un paragraphe, a-t-il dit en faisant référence à sa lettre. J'ai vu Mme Cloutier, elle a rencontré des équipes au SAA pendant l'été et elle n'a pas souligné l'urgence de l'affaire. »

Mercredi, il n'a pas été possible d'obtenir une entrevue avec Mme Cloutier concernant les déclarations de M. Kelley à son sujet.

Le chef caquiste François Legault a soutenu que les délais de mise en place du BEI, qui doit commencer ses activités en avril 2016, sont inacceptables.

« On n'a pas les outils idéaux pour être capables de rassurer les peuples autochtones et toute la population du Québec, a-t-il dit. Le SPVM va faire enquête, mais on avait convenu il y a deux ans que ça prenait un BEI et on ne l'a toujours pas. »

Selon M. Legault, M. Couillard ne peut s'en remettre uniquement au projet de commission d'enquête promis par le premier ministre désigné Justin Trudeau.

« Si on parle de la SQ, ça relève directement du gouvernement du Québec, a-t-il dit. On est d'accord qu'une enquête soit faite à travers le Canada, mais il faut qu'on regarde ce qui s'est passé avec les gens de la SQ. »

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer