Exclusif

D'autres candidats ont subi des propos intimidants de Péladeau, affirme Céré

Pierre Karl Péladeau... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Pierre Karl Péladeau

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le candidat à la direction du Parti québécois Pierre Céré a déclaré lundi qu'il n'est pas le seul à avoir subi des propos intimidants de la part du favori Pierre Karl Péladeau.

Après avoir refusé dimanche de revenir sur un incident impliquant M. Péladeau survenu en février, M. Céré a affirmé que d'autres candidats ont également subi sa colère.

Dans une entrevue à La Presse Canadienne, M. Céré a affirmé qu'il a été informé d'incidents semblables qui seraient survenus lors des débats des candidats à Québec et Saguenay.

«Les autres candidats aussi ont été l'objet ou ont été témoins de situations similaires, a-t-il ajouté. Maintenant, s'ils ne veulent pas en parler, c'est leur choix.»

Selon M. Céré, dirigeant d'un comité d'aide aux chômeurs et seul des quatre candidats à ne pas être député, il n'est pas facile de s'attaquer au meneur.

«Pierre Karl Péladeau dégage, dans son entourage, les gens le craignent, a-t-il dit. Il dégage une crainte. Et ses partisans sont des gens extrêmement fervents. À chaque fois qu'on ose lever le doigt, critiquer, tu as droit à une avalanche de propos haineux sur les médias sociaux.»

Lundi, M. Céré est revenu sur un accrochage survenu en février, lors d'un conseil national du PQ à Laval, où M. Péladeau l'a apostrophé avec colère.

Durant cet événement, M. Céré avait dénoncé les risques de conflits d'intérêts liés au fait que M. Péladeau est actionnaire de contrôle du conglomérat médiatique Québecor.

M. Céré avait alors fait un parallèle entre la situation de M. Péladeau et le film Citizen Kane, qui raconte la soif de pouvoir d'un magnat de la presse aux États-Unis.

Après l'avoir surnommé «Citizen Péladeau», M. Céré l'avait soupçonné de vouloir acheter sa victoire dans la course à la succession à Pauline Marois, dont le résultat du premier tour doit être dévoilé le 15 mai.

Lundi, M. Céré a affirmé qu'à la fin du Conseil national, alors que les candidats se préparaient à rencontrer les journalistes à tour de rôle, M. Péladeau l'a invectivé vivement.

«Il est à quelques dizaines de pieds de moi et il m'interpelle très fort, a-t-il dit. Et c'est genre: ''C'est quoi ton prix toi câlisse''. Quelque chose du genre. ''C'est quoi ton prix et si tu continues comme ça, tu vas faire fuir les sièges sociaux et les capitaux.'' Là je vois quelqu'un qui est vraiment très en colère, mais extrêmement en colère. Le feu lui sortait par la tête, par les yeux, les oreilles, de partout. Il était vraiment en colère.»

Selon M. Céré, d'autres candidats et des membres de leurs équipes ont également été témoins de cet accrochage.

«Il a parlé très fort, a-t-il dit. Il n'y a pas que ma gang qui l'a entendu. Il y a d'autre monde. Mais les autres préfèrent ne pas parler de ces affaires-là.»

M. Céré ne s'est pas laissé démonter par ce qu'il a qualifié de propos intimidants, mais il croit ne pas être le seul à avoir vécu ce type de situation.

«Quelqu'un qui peut être intimidé facilement aurait pu être très intimidé, a-t-il dit. Je l'ai pris avec un grain de sel mais c'était intimidant, bien sûr.»

M. Céré a affirmé que deux autres incidents sont survenus, dont un après le débat des candidats à Saguenay, où M. Péladeau a été chahuté et hué par la salle après avoir refusé d'ouvrir le Code du travail pour modifier les dispositions anti-briseurs de grève.

«Il a piqué une méchante colère à laquelle je n'ai pas assisté mais d'autres ont assisté et en ont subi les foudres», a-t-il dit.

Une situation similaire est survenue à la suite du débat de Québec, a ajouté M. Céré, qui n'a pas été témoin de cet événement non plus.

«Là aussi, il a pété une coche», a-t-il dit.

L'attaché de presse de M. Péladeau, Marc-André De Blois, a indiqué lundi que M. Péladeau ne commenterait pas les déclarations de M. Céré.

Ancien candidat, avant de se rallier à M. Péladeau, le député Bernard Drainville a affirmé lundi qu'il n'avait jamais été l'objet d'intimidation de sa part.

«Au contraire, a-t-il dit avant d'entrer dans une commission parlementaire à l'Assemblée nationale. On a des relations très cordiales.»

L'attaché de presse de M. Cloutier, Jean Briand, a affirmé lundi que le candidat n'avait été témoin d'aucun des accrochages évoqués par M. Céré. M. Briand a affirmé que le candidat n'a également jamais été la cible de propos intimidants comme ceux rapportés par M. Céré.

L'organisation de campagne de Martine Ouellet a fait savoir que la candidate commentera le sujet mardi, avant le caucus des députés péquistes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer