Couillard hué devant la Chambre de commerce

Quelques minutes après que le premier ministre eut... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Quelques minutes après que le premier ministre eut commencé son discours, des manifestants l'ont chahuté et ont exhibé des pancartes «Stop Couillard».

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lia Lévesque
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

L'allocution du premier ministre Philippe Couillard devant la Chambre de commerce du Montréal métropolitain ne s'est pas déroulée sans heurts, mardi midi, une dizaine de personnes ayant dû être expulsées de la salle après l'avoir chahuté et avoir exhibé une pancarte sur laquelle on pouvait lire «Stop Couillard».

De plus, à l'extérieur du Palais des congrès, où M. Couillard prenait la parole, quelque 300 personnes provenant de groupes sociaux, étudiants et syndicaux ont manifesté leur désaccord avec ses politiques, malgré le froid mordant.

Une dizaine de personnes, portant complet-cravate ou un tailleur, comme la majorité des convives de la Chambre de commerce, ont réussi à entrer dans la salle et à s'asseoir à une table pour écouter l'allocution du premier ministre Couillard. Quelques minutes après que celui-ci eut commencé son discours, un premier l'a chahuté et a exhibé une pancarte «Stop Couillard». Le service de sécurité l'a prestement escorté à l'extérieur de la salle. Puis un second a suivi, puis une autre, cette fois une femme, puis un autre et un autre.

Le premier ministre Couillard leur a lancé «non, je n'arrêterai pas» et a poursuivi son discours en haussant le ton, afin d'enterrer le chahut. Le calme est ensuite revenu et il a pu prononcer son allocution portant sur la relance de l'économie montréalaise et québécoise.

Quelques policiers en uniforme sont arrivés en renfort dans la salle, mais les protestataires sont sortis sans violence, en étant toutefois escortés. Interrogés sur le coup, deux d'entre eux n'ont pas voulu dire à quel groupe ils appartenaient. Mais plus tard, La Presse Canadienne a appris qu'ils provenaient en fait de trois groupes, l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ), le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) et le Conseil central du Montréal métropolitain de la CSN.

À l'extérieur, la manifestation a pris une forme plus usuelle. Quelque 300 personnes ont bravé le froid sibérien pour faire comprendre au premier ministre Couillard que ses politiques ne passaient pas, même après des mois d'explications et de justifications.

«M. Couillard prononce une conférence intitulée «ensemble on fait avancer le Québec sur la voie de la prospérité'. Les groupes sociaux sont venus lui dire qu'il n'est pas en train de faire avancer le Québec, qu'il est en train de le faire reculer. Dans un contexte où la majorité de la population voit ses conditions de vie se détériorer, je ne sais pas pourquoi ici on parle de prospérité. À part la grande entreprise et les personnes les plus nanties, qui bénéficient des mesures actuelles du premier ministre Couillard, personne n'en bénéficie», a tonné la co-porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, Kim De Baene.

Marc Ranger, porte-parole de la Coalition pour la libre négociation, qui représente des milliers de syndiqués dans le monde municipal opposés à la réforme des régimes de retraite, était aussi présent à la manifestation, à l'extérieur.

«Le premier ministre vient parler de son plan de relance du Québec. On trouve qu'il a du culot, parce que pour nous, c'est plutôt le plan pour l'appauvrissement du Québec. Donc on veut lui passer un message, on veut lui dire que peu importe la température, qu'il fasse moins 20, moins 25 ou qu'il fasse plus 25 (degrés), on va être là, on va le talonner, on va le suivre, cet hiver et au printemps. Je pense qu'il va y avoir un très, très grand mouvement qui va commencer», a lancé M. Ranger.

Quant au premier ministre Couillard, il a livré un discours portant sur les choix difficiles, mais nécessaires, selon lui, que son gouvernement a dû faire pour rééquilibrer les finances publiques. «Une société juste et prospère ne peut s'édifier sur des déficits et une dette en croissance, car cet affaiblissement diminue les fondations de nos acquis», a-t-il affirmé.

Lui-même a parlé d'une «traversée parfois houleuse».

«Les résultats sont maintenant là. Le défi était et demeure immense. Nous avons eu le courage d'imposer ce programme de redressement dès le début», a-t-il lancé. En plus de justifier les décisions budgétaires de son gouvernement, il a abordé sa stratégie maritime, sa version renouvelée du Plan Nord de son prédécesseur Jean Charest et la récente entente avec la Caisse de dépôt et placement lui permettant de s'engager plus activement dans le transport collectif.

M. Couillard s'est également ouvert sur sa volonté d'assurer une meilleure adéquation entre la formation et les besoins en emploi. Il a promis une nouvelle stratégie gouvernementale qui sera annoncée dès le prochain budget, «afin d'assurer de meilleurs liens entre la formation et l'emploi, de mieux coordonner nos efforts et mieux utiliser nos ressources, par exemple en revoyant en profondeur la question de l'utilisation du 1 pour cent». Il s'agit d'un pourcentage que les entreprises doivent consacrer à la formation de leur main-d'oeuvre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer