Exclusif

L'UPAC est allée au ministère de l'Éducation

L'ex-ministre Michelle Courchesne avait essuyé de vives critiques... (Photo: PC)

Agrandir

L'ex-ministre Michelle Courchesne avait essuyé de vives critiques à la suite de la publication du rapport du Vérificateur général, au printemps 2012.

Photo: PC

Partager

Denis Lessard
Denis Lessard
La Presse

(Québec) L'Unité permanente anticorruption (UPAC) a procédé, il y a quelques jours, à une perquisition au ministère québécois de l'Éducation, une opération destinée à rassembler les pièces dans le dossier controversé des subventions aux équipements sportifs.

La démarche, confirmée à La Presse par des sources gouvernementales et policières, a eu lieu il y a deux semaines. L'administration a vite eu la consigne, de la part du personnel politique, de mettre le couvercle sur cette intervention pour ne pas nuire à l'enquête. Hier, Matthieu Leblanc, attaché de presse de la ministre Marie Malavoy, et Anne-Frédérique Laurence, de l'UPAC, refusaient même de confirmer la tenue de cette perquisition.

De sources gouvernementales, on montre du doigt les observations incisives du Vérificateur général du Québec relativement à la gestion du programme des infrastructures sportives, sous la responsabilité de la ministre de l'Éducation en 2006, Michelle Courchesne.

Dans son rapport du printemps 2012, le vérificateur par intérim Michel Samson disait constater des lacunes graves dans la gestion de ce programme, mis en place il y a six ans.

Jusqu'au dépôt du rapport, Québec avait versé 396 millions à différents organismes et municipalités. Sur les 918 demandes d'aide, la ministre avait transmis, sans explications, seulement 500 dossiers à ses fonctionnaires pour analyse, révélait le vérificateur. Il jugeait d'ailleurs «inéquitable» le traitement des 418 projets laissés en touche. Les projets mis au rancart étaient pourtant «de même nature que les autres [...], que ce soit pour des constructions d'arénas, de terrains de soccer ou de football», relevait le vérificateur Samson.

En mai dernier, revenant tout juste à l'Éducation pour remplacer au pied levé la démissionnaire Line Beauchamp, Mme Courchesne avait essuyé les attaques virulentes de l'opposition pendant plusieurs séances à l'Assemblée nationale.

Line Beauchamp, qui avait succédé à Mme Courchesne à l'Éducation à l'automne 2010, avait fait modifier le processus d'attribution des subventions pour les infrastructures sportives. Sous son règne, le cabinet politique ne faisait pas un premier élagage des projets.

Mme Courchesne avait expliqué qu'on ne pouvait retenir de projets qui nécessitaient une nouvelle construction, à cause des normes fédérales. De plus, on ne pouvait cautionner des projets de plus de 3 millions, encore une fois à cause des balises du programme à Ottawa. Le vérificateur n'avait toutefois pas relevé ces éléments dans son rapport fort critique à l'endroit de Québec.

Trafic d'influence?

Les questions du vérificateur en avaient fait surgir d'autres sur le départ de l'ex-chef de cabinet de Mme Courchesne, Jean-Sébastien Marineau. Elle l'avait congédié en 2009, tout en passant un coup de fil à la Sûreté du Québec. Elle avait pris connaissance d'allégations de trafic d'influence de la part de son bras droit - une personnalité complexe, qui avait eu des problèmes de drogue. M. Marineau avait accepté de démissionner au début de 2009, après ce «bris de confiance», avait dit Mme Courchesne.

Son insistance à faire avancer certains dossiers, en particulier l'installation de terrains de sport synthétiques, subventionnés par le Fonds pour les infrastructures de loisir, alimentait depuis longtemps les conversations dans les officines politiques avant son départ - subit et inattendu - du cabinet. Partout au Québec, un seul type de terrain synthétique pouvait se qualifier pour les subventions du ministère de l'Éducation. Des sources libérales confiaient que le bras droit de Mme Courchesne intervenait lourdement dans ces dossiers.

À l'Assemblée nationale, Sylvain Pagé, député du Parti québécois, alors dans l'opposition, avait relevé que le nombre de terrains de soccer synthétiques dans la liste des projets subventionnés soulevait des questions. Les soumissions faisaient en sorte qu'un seul produit se qualifiait, celui de Field Turf. Or, les coûts au mètre carré variaient parfois de 50%, ce qui rendait le terrain plus coûteux que celui nécessaire à la Ligue canadienne de football professionnel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer