Le haut-commissaire de l'Inde défend la visite de Trudeau dans son pays

Le haut-commissaire de l'Inde au Canada, Vikas Swarup... (Photo fournie par Sylvie-Ann Paré)

Agrandir

Le haut-commissaire de l'Inde au Canada, Vikas Swarup

Photo fournie par Sylvie-Ann Paré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexis Riopel
La Presse

Oubliez les critiques sur la visite de Justin Trudeau en Inde. Le haut-commissaire de l'Inde au Canada, Vikas Swarup, a déclaré que les deux pays ont aujourd'hui l'occasion de développer « le plus grand partenariat » commercial au monde, lors d'une causerie animée par Jean Charest devant le milieu d'affaires indo-canadien à Montréal.

« La visite de Justin Trudeau en Inde a fait couler beaucoup d'encre », a dit Jean Charest en ouverture de son animation de la discussion. « Aujourd'hui, nous sommes ici pour parler de la suite des choses », a-t-il poursuivi.

« Je crois que la visite de M. Trudeau en Inde était très importante, a commenté Vikas Swarup, haut-commissaire [ambassadeur] de l'Inde au Canada. Toutefois, elle s'est retrouvée dans les nouvelles pour les mauvaises raisons. La rencontre d'aujourd'hui permettra de ramener la conversation sur la création d'opportunités [commerciales] », a-t-il ajouté lors d'une causerie avec son homologue canadien Nadir Patel organisée par le Conseil des relations internationales de Montréal (CORIM).

Les deux intervenants s'en sont tenus strictement à l'ordre du jour - le commerce - et n'ont pas commenté les aléas politiques de la visite de Justin Trudeau dans ce pays dont la croissance économique est la plus forte au monde.

« Le Canada et l'Inde sont complémentaires. Le Canada détient les ressources technologiques et financières dont l'Inde a besoin. L'Inde offre au Canada un marché de 1,3 milliard de personnes dans un pays libre et de langue anglaise », a dit M. Swarup.

Les deux diplomates ont énuméré les domaines dans lesquels des accords entre les deux démocraties ont été conclus, mais dont on a peu parlé : les sports, le cinéma, l'éducation et l'entrepreneuriat féminin, notamment.

Vikas Swarup a aussi détaillé l'ambitieux plan de lutte contre les changements climatiques de l'Inde. Son pays compte tirer au moins 40 % de son électricité de sources renouvelables d'ici 2022. De plus, l'Inde veut que tous les véhicules vendus sur son territoire en 2030 soient électriques. Selon lui, le Canada pourrait contribuer à la mise en oeuvre de ce virage.

Le haut-commissaire du Canada en Inde est lui aussi revenu de manière très positive sur la visite de Justin Trudeau en Inde.

« Les objectifs de la visite étaient l'approfondissement et l'élargissement des relations entre les deux pays », a expliqué Nadir Patel.

Lors de sa visite, Justin Trudeau a prononcé des allocutions devant près de 10 000 personnes, au total. Sa délégation a signé 64 accords commerciaux totalisant 1 milliard de dollars et 6000 emplois, a souligné le diplomate canadien.

Justin Trudeau et sa famille ont visité l'Inde durant huit jours le mois dernier. Le premier ministre canadien a été reçu assez froidement par les autorités indiennes et a dû composer avec la délicate question nationaliste sikhe au Pendjab.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer