Souverainisme et «dangers de violence»: Trudeau nie

Justin Trudeau a été reçu, mercredi, par le... (PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Justin Trudeau a été reçu, mercredi, par le chef du gouvernement de l'État du Pendjab, Amarinder Singh, à Amritsar.

PHOTO SEAN KILPATRICK, LA PRESSE CANADIENNE

(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau accuse les dirigeants du gouvernement de l'État du Pendjab de lui avoir attribué des propos sur le souverainisme québécois et les dangers de la violence qu'il n'a jamais tenus durant la rencontre de 40 minutes qu'il a eue cette semaine avec le chef du gouvernement cet État indien, Amarinder Singh.

Une photo prise lors d'une activité du premier... (Photo tirée de Twitter) - image 1.0

Agrandir

Une photo prise lors d'une activité du premier ministre canadien avec l'industrie du cinéma indien, à Mumbai, où l'on voit Jaspal Atwal en compagnie de l'épouse de Justin Trudeau, Sophie Grégoire.

Photo tirée de Twitter

« Le rapport est entièrement faux. Je n'ai pas dit ça », a-t-il affirmé sur un ton sans appel durant une conférence de presse à New Delhi, en Inde, vendredi.

Selon un compte rendu du gouvernement de l'État du Pendjab, Justin Trudeau a affirmé que le Canada appuie de manière sans équivoque une Inde unie. Pour rassurer ses hôtes que le Canada n'entretienne aucune sympathie envers le séparatisme sikh en Inde, le premier ministre Justin Trudeau a affirmé avoir lutté toute sa vie contre le mouvement souverainiste au Québec et qu'il est bien conscient des « dangers de violence » qu'un tel mouvement peut entraîner, toujours selon ce compte rendu.

« Citant le mouvement séparatiste au Québec, Trudeau a dit qu'il avait composé avec de telles menaces durant toute sa vie et qu'il était pleinement conscient des dangers de la violence, des dangers qu'il avait toujours combattus avec toute sa force », a indiqué dans son compte-rendu le conseiller principal pour les médias de M. Singh, Raveen Thukral, au terme de la rencontre.

Devant les journalistes, à New Delhi, Justin Trudeau a affirmé qu'il avait « toujours été très fier du fait que le Canada et le Québec ont des leçons à partager avec le monde sur le pluralisme, la diversité, les différents points de vue, sans avoir recours à la violence ».

Avant cette conférence de presse, l'entourage du premier ministre qui l'accompagne en Inde durant sa visite officielle avait fait savoir à La Presse que le compte rendu était « complètement faux ».

« C'est complètement faux. Le premier ministre n'a jamais dit cela », a affirmé vendredi matin Chantal Gagnon, attachée de presse du premier ministre, dans un entretien à La Presse depuis New Delhi.

Mme Gagnon, qui n'était pas dans la pièce où la rencontre a eu lieu et n'a pas voulu indiquer qui, parmi les proches collaborateurs du premier ministre, étaient présents, n'a pas voulu commenter davantage, ne préférant pas s'avancer sur ce qui aurait pu motiver le conseiller du chef du gouvernement de l'État du Pendjab à attribuer de tels propos à M. Trudeau.

NOMBREUSES RÉACTIONS

Selon une source gouvernementale, le premier ministre du Canada a « parlé du Québec » avec son interlocuteur, mais « en aucun cas il n'a fait de comparaison entre les mouvements indépendantistes québécois et sikhs, surtout pas avec la violence ».

Les propos attribués à Justin Trudeau ont tout de même suscité de nombreuses réactions au Québec et aussi à Washington, où le premier ministre Philippe Couillard mène une mission économique conjointe avec l'Ontario pour défendre l'ALENA.

« On peut s'enorgueillir du fait qu'au Québec, on a traité cette question politique très délicate (...) de façon très pacifique et démocratique. Ça devrait être une grande fierté pour les Québécois », a affirmé M. Couillard.  

« Que Justin Trudeau se ridiculise en Inde, c'est son affaire. Mais identifier le mouvement indépendantiste québécois actuel à la violence est mensonger et irrespectueux pour des millions de Québécois », a écrit vendredi matin sur Twitter le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée.

Quelques députés conservateurs fédéraux du Québec se sont aussi tournés vers le même réseau social pour exprimer leur étonnement et leur mécontentement, vendredi.

« J'ai des amis souverainistes et même si je ne partage pas leur vision, JAMAIS ils n'ont pensé recourir à la violence pour faire la souveraineté. Trudeau fait du "Québec bashing" pour se sortir de la m... dans laquelle il s'est mis lui-même en Inde », a commenté le député Luc Berthold.

Cette contestation de la teneur des propos qui auraient été tenus durant la rencontre risque de provoquer un nouvel incident diplomatique alors que la visite officielle de Justin Trudeau tire à sa fin. Vendredi, M. Trudeau a finalement rencontré le premier ministre de l'Inde, Narendra Modi, qui n'avait pas daigné accueillir M. Trudeau à son arrivée en sol indien samedi dernier.

TENSIONS

La rencontre avec le chef du gouvernement de l'État du Pendjab, Amarinder Singh, mercredi, visait à mettre fin aux critiques de New Delhi selon lesquelles des ministres influents du cabinet Trudeau frayent avec des groupes séparatistes pendjabis au Canada, en particulier le ministre de la Défense Harjit Sajjan - une accusation qu'a déjà démentie le principal intéressé dans le passé.

Amarinder Singh a par la suite remis à Justin Trudeau une liste de neuf personnes vivant au Canada soupçonnées par les autorités indiennes d'être impliquées dans des crimes haineux au Pendjab en finançant et fournissant des armes à des groupes subversifs.

Les tensions entre le Canada et l'Inde - de plus en plus perceptibles durant la visite officielle de huit jours de Justin Trudeau - se sont accentuées au cours des dernières années en raison des préoccupations des Indiens quant à une hausse de l'extrémisme sikh provenant de certaines communautés sikhes du Canada. Les apparitions de Justin Trudeau lors de certains événements sikhs où étaient présents des extrémistes qui sont partisans du premier ministre ont également causé du mécontentement en Inde.

Amarinder Singh a par le passé qualifié la présence de quatre ministres sikhs au sein du cabinet Trudeau - Harjit Sajjan (Défense), Navdeep Bains (Innovation), Amarjeet Sohi (Infrastrutures) et Bardish Chagger (leader du gouvernement en Chambre) de « sympathisants khalistanais » et a refusé l'année dernière de rencontrer le ministre Sajjan.

Dans son compte rendu, le bureau du premier ministre n'avait d'ailleurs pas fait allusion aux propos de Justin Trudeau sur le mouvement souverainiste au Québec dans.

« Le premier ministre a témoigné son soutien envers une Inde unie, insistant sur sa volonté de collaborer de manière positive à des enjeux d'intérêt commun. Le premier ministre a donné son avis concernant la liberté d'expression et l'importance du dialogue pour établir un terrain d'entente et mieux se comprendre. Les deux dirigeants ont échangé leurs points de vue sur une diversité d'enjeux, dont l'emploi chez les jeunes et l'investissement en vue d'une prospérité mutuelle. Ils ont également convenu de l'importance d'accroitre la participation des femmes au sein de l'économie », peut-on notamment lire dans le compte rendu du bureau de M. Trudeau.

UN CAUCHEMAR DIPLOMATIQUE

Au cours des dernières heures, la visite de Justin Trudeau en Inde s'est d'ailleurs transformée en un véritable cauchemar diplomatique après que CBC News eut rapporté que le haut-commissaire du Canada à New Delhi avait invité à une réception officielle un sikh extrémiste ayant été reconnu coupable d'avoir tenté d'assassiner un ministre indien qui était de passage à Vancouver en 1986.

L'homme en question, Jaspal Atwal, est un militant de longue du Parti libéral du Canada a été invité par le député libéral de la Colombie-Britannique Randeep Sarai, un des 14 députés qui accompagnent M. Trudeau en Inde. M. Sarai a admis être responsable de la situation et avoir manqué de jugement.

Jaspal Atal a tout de même pu participer à une autre réception tenue à Mumbai mardi, à laquelle participait le premier ministre et qui visait à souligner l'apport du cinéma indien, à Mumbai. Jaspal Atwal a pu se faire prendre en photos avec l'épouse de M. Trudeau, Sophie Grégoire, et le ministre de l'Infrastructure, Amarjeet Sohi.

Visiblement embarrassé, Justin Trudeau a affirmé hier que Jaspal Atwal n'aurait jamais dû recevoir une telle invitation. « C'est une situation que nous prenons très au sérieux. Évidemment, la personne en question n'aurait jamais dû être invitée et dès qu'on a su ce qui se passait on a retiré l'invitation. Le député responsable d'avoir inclus cette personne en assume l'entière responsabilité. Les Canadiens sikhs et d'origine indo-canadienne ont contribué énormément à notre pays, le sort de notre économie, de nos communautés et ce voyage est vraiment une occasion de souligner, de célébrer la force de cette amitié, le grand travail qu'on est en train de faire ensemble »,  a dit M. Trudeau aux journalistes.

Toutefois, plusieurs questions demeuraient sans réponse hier soir. Comment un tel individu, qui avait également été inculpé, mais non condamné, pour une violente attaque en 1985 contre Ujjal Dosanjh, un farouche opposant au mouvement indépendantiste sikh du Khalistan qui est devenu plus tard premier ministre de la Colombie-Britannique et ministre fédéral, a-t-il pu se faire inviter à une telle réception ? Le bureau du premier ministre a-t-il fait ses devoirs ? Le ministère des Affaires étrangères aussi ? La GRC a-t-elle été saisie de la liste des invités ?

Après avoir longtemps été la coqueluche de la presse internationale et de plusieurs gouvernements étrangers, Justin Trudeau a été la cible de nombreuses critiques et de railleries tout au long de son séjour en Inde, autant au pays qu'à l'étranger. Ses tenues vestimentaires colorées, les photos de familles qui ont défilé sur son compte Twitter et un itinéraire qui comportait la visite de plusieurs lieux historiques et un nombre limité de rencontres de décideurs indiens ont alimenté la controverse.

- Avec Hugo Pilon-Larose, La Presse, et La Presse canadienne 




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer